> Mobilité > Collaboratif 2021 : vers des modèles plus inclusifs

Collaboratif 2021 : vers des modèles plus inclusifs

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 12 janvier 2021
email

Pour 2021, les perspectives vont bon train ! Voici en synthèse, les 4 tendances qui vont révolutionner l’environnement collaboratif ….

Collaboratif 2021 : vers des modèles plus inclusifs

Le travail = fin de la journée de huit heures 

De nouveaux modes de collaboration se généraliseront et affecteront les mythes du travail auxquels certaines entreprises se raccrochent comme les jours ouvrables, le lieu de travail (immeuble, environnement de travail statique), la hiérarchie ….

Les pratiques de travail volent en éclat. Les heures de travail strictes ou au bureau (trajets longs, géolocalisation contraignante) limitent l’épanouissement professionnel et personnel des collaborateurs, et impactent la stratégie RH (attraction de nouveaux talents). Une hiérarchie lourde laisse peu de place aux idées innovantes !

 

Le lieu = succès de l’entreprise

Les visions sur l’avenir du travail prendront en compte les collaborateurs, les différentes méthodes de travail, les produits et le lieu (emplacement et réseautage avec d’autres entreprises).

Les entreprises s’engageront dans la création de quartiers d’affaires ou de pôles de compétitivité pour travailler ensemble, apprendre les unes des autres et ainsi innover.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

L’influence = responsabilité sociale et engagement de l’entreprise

Un quatrième pilier complète les 3 piliers du Développement Durable : les entreprises doivent englober de manière équilibrée les domaines de la valeur sociale, écologique, économique et de l’intérêt général.

Les rapports annuels se composeront du nombre de clients, du chiffre d’affaires et des volets sur la responsabilité sociale, l’engagement, la diversité, les alumnis, les méthodes de travail, les investissements dans la communauté des start-ups, l’avenir du travail, l’éducation, les réseaux de partenaires et l’ensemble de l’écosystème.

Le véritable critère sera l’impact sur la planète et les gens, puis la mesure des profits.

 

La productivité = fin du seul critère de réussite

Avec la flexibilité des modèles, le développement de quartiers technologiques (lieux de réseautage) et les objectifs du développement durable, les entreprises doivent mesurer différemment leur prospérité.

Au-delà de la productivité, d’autres facteurs de réussite seront mis en œuvre. Selon Huggy Rao, Professeur à l’Université de Stanford : « Nous ne possédons pas les gens qui travaillent pour nous 8 heures par jour. Nous ne les « empruntons » que huit heures à leur famille, à leur entourage, à leur vie. Il est de notre devoir de les « rendre » dans le meilleur état. »

 

Source – Perspectives de Dom Price – Expert du futur du travail – Atlassian

 

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 12 janvier 2021