> Tech > Arguments pour et contre Java

Arguments pour et contre Java

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Qu'est-ce qui incite les ISV à  utiliser Java, et qu'est-ce qui les en dissuade ? Les figures 4 et 5 contiennent la liste des raisons avancées par les ISV pour utiliser ou non Java.

            Nous avons demandé aux ISV

de cocher les trois raisons pour lesquelles
ils envisageraient d’adopter Java. Un nombre appréciable, 110, a coché une
raison au moins, mais 49 ISV (31%) n’ont exprimé aucun intérêt pour Java.
Parmi les 109 plus grands ISV, ce nombre était quelque peu inférieur, environ
25%. Nous nous sommes demandé si un tel désintérêt vis-à -vis de Java
pouvait s’expliquer par des facteurs étrangers à  Java lui-même, mais
apparemment ce n’est pas le cas : nous avons encore rencontré 20% et plus de
désintérêt après avoir pris en compte les ISV qui n’avaient coché que la
case “ Encore concentré sur la mise en conformité an 2000
ou “ 
L’axe principal des développements est Windows NT ”,
dans une question suivante demandant pourquoi ils ne prendraient pas Java en
considération.

           
Les deux principales raisons d’envisager Java, comme le montre la
figure 4, sont que les ISV pensent que le langage peut élargir le champ
d’action de leurs applications sur l’Internet et sur de multiples
plates-formes, avec, en définitive, une possible augmentation des ventes. La
troisième raison la plus citée pour envisager d’adopter Java se situe à 
l’autre extrémité de l’équation financière : réduire les coûts de
développement. Le commerce électronique, raison classée en quatrième
position, peut à  la fois attirer de nouveaux clients et diminuer les coûts de
commercialisation.

           
Un tiers des ISV cochant une raison d’envisager Java ont choisi les
besoins des clients et/ou la pression de la concurrence. Et ces raisons semblent
motiver fortement les ISV, comme le prouve le fait que 75% d’entre eux
retenant une ou deux de ces raisons indiquent aussi leur ferme intention
d’utiliser Java pour la modernisation de leurs produits. Il est intéressant
de noter que les avantages souvent cités de Java par rapport à  C++ et Visual
Basic, ne sont pas très importants pour les ISV AS/400, reflétant peut-être
le fait que C++ et VB ne sont pas eux-mêmes considérés comme des concurrents
sérieux pour les développements dans la sphère AS/400.

           
Nous avons demandé aux ISV de choisir jusqu’à  trois raisons pour
lesquelles ils n’utiliseraient pas Java ou tarderaient à  l’envisager. La
figure 5 révèle que les principaux obstacles à  l’utilisation de Java par
les ISV résident dans le manque de temps, la préoccupation de l’an 2000 et
l’incertitude quant à  l’avenir de Java. Viennent ensuite la difficulté ou
les coûts pour trouver ou former des développeurs Java. Les déficiences du
langage, comme des performances insuffisantes, des possibilités inadéquates,
ou l’incapacité de coexister avec d’autres langages, viennent loin derrière.
Quand nous avons tenu compte des ISV ne cochant aucune raisons ou ne cochant que
“ Pas le temps d’adopter un nouveau langage ”,
“ Encore concentré sur la mise en conformité an 2000 ”, ou “ 
L’axe
principal des développements est Windows NT ”,
comme raison, il restait encore 84 ISV ayant identifié un problème lié au
langage Java.

           
Nous avons également examiné les 109 plus grands ISV comme un groupe
distinct. Pour eux aussi, le manque de temps est le principal obstacle à 
l’utilisation de Java. En deuxième position, la difficulté ou les coûts
pour trouver ou former des développeurs et, en troisième position, l’an 2000
et l’incertitude quant à  l’avenir de Java. 

Si
les ISV se montrent prudents par rapport à  Java, ils ne s’y opposent pas
 

           
Des réponses apportées à  cette question, on peut conclure que si les
ISV sont prudents par rapport à  Java, ils ne s’y opposent pas non plus
farouchement. D’autant plus qu’aucun autre langage (en dehors du RPG IV) ne
semble prêt à  défier Java dans les plans qu’ont les ISV AS/400. A tel
point, qu’aucun d’entre eux n’a sélectionné Visual Basic et qu’un seul
a mentionné C++ comme meilleure alternative à  Java. Ces deux langages sont,
bien entendu, stratégiques dans les stratégies Windows et Component Object
Model de Microsoft, mais sont loin de jouir du support de Java en matière de
plate-forme croisée et d’Internet, les deux raisons les plus importantes
indiquées par les ISV pour envisager Java.
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010