> Mobilité > Bien définir son architecture OCS (1/4)

Bien définir son architecture OCS (1/4)

Mobilité - Par Pascal Creusot - Publié le 08 octobre 2010
email

Microsoft Office Communications Server 2007 R2 est un serveur d’entreprise qui permet la gestion de la présence, de la messagerie instantanée, de conférences audio et vidéo, le dialogue de groupe, la téléphonie avec différents équipements, l’intégration de console de gestion des appels téléphoniques ou encore de manière plus globale la gestion des communications unifiées.

Cette solution peut aussi être interconnectée à des systèmes téléphoniques existants. OCS permet donc de multiples fonctionnalités et services qui seront mis à disposition des utilisateurs de l’entreprise. Pour réussir la mise en place de ce type de solution, il est impératif de travailler en amont sur la définition de son architecture avant même de mettre le CD dans le lecteur du serveur. Dans cette première partie, nous allons voir les rôles requis selon les fonctionnalités souhaitées.

Bien définir son architecture OCS (1/4)

OCS 2007 Office Communications Server n’est pas un serveur ‘monolithique’, mais comme pour Exchange 2007, le serveur OCS dispose de plusieurs rôles qui peuvent être mis en place sur une ou plusieurs machines en fonction des besoins mais aussi en respectant les contraintes techniques.

Comme lors de la mise en place de serveurs Exchange, il est important de bien comprendre le fonctionnement des différents rôles pour bénéficier des fonctionnalités adaptées aux besoins de l’entreprise. Dans le cadre de la mise en place d’une architecture OCS 2007 R2, il ne sera pas nécessaire de mettre en place la totalité de ces rôles, mais seulement quelques un en fonction des besoins.

Après avoir effectué le choix des rôles à mettre en place au sein d’une architecture, il faudra définir le nombre de serveurs requis. Pour optimiser le nombre de machines, il sera possible de faire cohabiter certains rôles sur une même machine. Dans le domaine de la mutualisation des rôles, il conviendra de respecter certaines règles imposées par Microsoft, mais aussi en fonction des contraintes de disponibilité par exemple.

La première contrainte forte est définie par la version d’OCS 2007 R2 qui sera utilisée. Il existe en effet deux versions d’OCS 2007 R2 qui sont la version ‘Standard’ et la version ‘Entreprise’. Ces deux versions ne sont disponibles que pour des plateformes Windows x64. Il faudra donc mettre en place des machines et systèmes d’exploitation 64 bits (Windows 2003 SP2 x64, Windows 2003 R2 SP2 x64, Windows 2008 x64).

Le passage à une technologie 64 bits facilite la consolidation des rôles sur une même machine physique. Dans le cadre de la consolidation, la question de la virtualisation des machines se pose fréquemment. La virtualisation de la totalité d’une infrastructure OCS est possible dans le cadre d’une maquette ou d’un POC (Proof of concept). Mais la virtualisation des rôles OCS en production n’est possible que pour les rôles qui ne gèrent pas de flux temps réel (flux audio ou vidéo), autrement dit quasiment aucun rôle mis à part le serveur Backend.

Dans la plupart des cas, une version Standard apporte toutes les fonctionnalités requises par une entreprise. Le choix de la version Enterprise s’impose en cas de besoin d’utiliser un serveur SQL centralisé, de besoin de redondance, pour un nombre élevé d’utilisateurs ou encore dans le cadre d’organisations complexes (plusieurs pools). La version standard supporte toutes les fonctionnalités avec une base SQL intégrée mais elle ne permet aucune fonction.

Téléchargez gratuitement cette ressource

M365 : Comment réduire les coûts, favoriser l’adoption et créer de la valeur métier ?

M365 : Comment réduire les coûts, favoriser l’adoption et créer de la valeur métier ?

Pensée pour Microsoft 365, Insight lance une offre de conseil innovante pour aider les directions IT à optimiser les coûts, favoriser l’adoption des outils et créer de la valeur métier en s’appuyant sur le potentiel de la plateforme, découvrez les 3 étapes clés.

Mobilité - Par Pascal Creusot - Publié le 08 octobre 2010