> Mobilité > BYOD : pas de politique de sécurité pour 1 entreprise sur 2

BYOD : pas de politique de sécurité pour 1 entreprise sur 2

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 09 mai 2019
email

Si 74% des entreprises autorisent les équipements BYOD, 47% ne mettent tout simplement pas en place de politique de sécurité. Place aux outils, formation et bonnes pratiques !

BYOD : pas de politique de sécurité pour 1 entreprise sur 2

Les données en danger !

Le BYOD permet d’augmenter la productivité, retenir les talents et réaliser des économies. Les collaborateurs sont de plus en plus autorisés à utiliser des appareils personnels dans le cadre de leur travail, mais pour près de la moitié, l’entreprise n’a pas de politique de sécurité dédiée BYOD.

Les équipements non gérés constituent le principal risque de fuite de données (21%). Les dispositifs non gérés sont perçus comme la priorité N°1 dans le cadre de la sécurité de l’entreprise pour l’année à venir. Parmi les outils avancés de sécurité, citons

  • l’analyse comportementale des utilisateurs et des entités (UEBA)
  • la prévention des pertes de données

 

Sécuriser les dispositifs personnels

Les 6 priorités pour l’année à venir concernent :

  • la protection contre les logiciels malveillants (26%)
  • l’accès non géré aux périphériques (16 %)
  • la consolidation des solutions de sécurité (16 %)
  • le contrôle du partage externe (14 %)
  • une meilleure analyse (11 %)
  • les applications non gérées (9 %).

Téléchargez cette ressource

Livre blanc de Threat Hunting : quoi, comment et pourquoi ?

Livre blanc de Threat Hunting : quoi, comment et pourquoi ?

Si le terme « Threat Hunting » évoque pour vous des images de loups, d'ours et de forêt obscure, ce livre blanc est fait pour vous. Découvrez, en détail, chacun des processus qui vous permettront de repérer et d'identifier les signes avant-coureurs d'une violation, puis chacune des étapes qui vous permettront de renforcer et valider vos contrôles de sécurité.

L’authentification multifactorielle

Pour les collaborateurs, les outils les moins efficaces pour sécuriser les dispositifs personnels sont les mots de passe (36 %) puis la reconnaissance faciale (20 %)

Enfin côté authentification multifactorielle pour le BYOD, les organisations utilisent :

  • des applications tierces
  • des jetons SMS
  • des jetons matériels
  • Google Authenticator

 

L’authentification multi-facteurs n’est pas utilisée sur les propres terminaux selon 28%.

 

Source Etude Bitglass lors du London Cloud Expo Europe 2019

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 09 mai 2019