> Mobilité > Diagnostic des problèmes, Exchange Server 2003

Diagnostic des problèmes, Exchange Server 2003

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Daragh Morissey - Mis en ligne le 26/04/06 - Publié en Mars 2005

Lorsque votre environnement Exchange Server 2003 connaît un problème de performances ou de stabilité, vous devez être capable de diagnostiquer et corriger rapidement le dysfonctionnement, et d’endiguer le flot de réclamations des utilisateurs. Il est primordial de savoir collecter les informations de débogage importantes. En tant qu’administrateur Exchange, j’ai appris à apprécier plusieurs outils et techniques précieux pour le dépannage et l’optimisation de la durée de bon fonctionnement des serveurs Exchange.

Diagnostic des problèmes, Exchange Server 2003

Exchange 2003 journalise des informations, alertes et erreurs dans le journal des événements Application. Par conséquent, la première étape dans la résolution de problèmes Exchange consiste à consulter ce journal. Pour ce faire, ouvrez l’Observateur d’événements (Event Viewer) de Windows en cliquant sur Start (Démarrer), All Programs (Tous les programmes), Administrative Tools (Outils d’administration) et Event Viewer (Observateur d’événements).

Le niveau de journalisation de diagnostic par défaut pour tous les services Exchange est None (Aucun). Ce niveau journalise les événements tels que le démarrage et l’arrêt des services, l’état des événements de sauvegarde, ainsi que les erreurs. Cette configuration est appropriée pour les déploiements à serveur unique qui ne rencontrent aucun problème, mais il sera probablement nécessaire d’accroître les niveaux de journalisation pour les environnements d’entreprise complexes, dotés de nombreux serveurs.

Pour modifier le niveau de journalisation de diagnostic des composants Exchange, vous pouvez utiliser la console MMC Gestionnaire système Exchange (ESM, Exchange System Manager). Pour ce faire, ouvrez ESM, cliquez avec le bouton droit de la souris sur le serveur pour lequel vous souhaitez définir les niveaux de journalisation, puis sélectionnez Properties. Cliquez ensuite sur l’onglet Diagnostics Logging (Enregistrement des diagnostics), illustré à la figure 1.

Je recommande de définir les niveaux de journalisation avec prudence lors du déploiement initial d’Exchange, puis d’affiner le paramétrage à mesure que votre expérience de l’observation d’événements augmente. Le tableau 1 illustre les paramètres que j’ai configurés sur mon serveur de production, mais ils ne conviendront pas forcément à tous les déploiements. Par exemple, j’ai défini les niveaux de journalisation de diagnostic à Maximum pour les événements de réplication de dossiers publics. Mon serveur fait partie d’un déploiement Exchange qui surveille étroitement ce type de réplication.

Par conséquent, mon choix du niveau de journalisation de diagnostic permet de résoudre plus efficacement les problèmes de réplication. Si votre organisation n’utilise pas les dossiers publics, il est possible de définir la valeur None (Aucun) pour la journalisation de diagnostic des composants de dossier public.

En définissant le niveau de diagnostic à la valeur Maximum pour des composants, ces derniers écriront tous les événements de traitement interne dans le journal des événements Application. Certains composants peuvent consigner des centaines d’événements à caractère informatif dans un délai très court, rendant ainsi plus complexe la tâche d’identification des informations utiles dans le journal. Par conséquent, utilisez la valeur de niveau de journalisation Maximum avec prudence.

En revanche, le recours à cette valeur Maximum pour les niveaux de journalisation de diagnostic peut s’avérer utile pour résoudre des problèmes liés à des services Exchange particuliers. Par exemple, l’article Microsoft « XADM: How to Troubleshoot Exchange 2000 System Attendant Startup Failures » (http://support.microsoft.com/?kbid=245024) explique comment résoudre les problèmes de la Surveillance du système (System Attendant) en activant la journalisation sur les sous-composants de ce service, par exemple l’interface NSPI (Name Service Provider Interface), qui est le service utilisé par les clients MAPI (Messaging API) Outlook pour localiser un serveur de catalogue global (GC, Global Catalog) Exchange. Une fois le problème résolu, ramenez les niveaux de journalisation à leur valeur normale.

Téléchargez gratuitement cette ressource

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

Téléchargez cette étude Forrester et découvrez comment booster la collaboration tout en dégageant un excellent R.O.I grâce au système de vidéoconférence HP Elite Slice G2 avec Microsoft Teams !

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010