> Enjeux IT > Les DSI sont–ils convaincus d’aller vers le Cloud ?

Les DSI sont–ils convaincus d’aller vers le Cloud ?

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 16 octobre 2012
email

L’Agora des DSI s’est réunie autour d’un thème porteur, « Le Cloud privé interne : quels apports pour l’entreprise ? ». Retour sur le sujet pour aller au-delà des concepts, avec Cheops Technology qui prend les choses en main et tente d’aiguiller les DSI.

Les DSI sont–ils convaincus d’aller vers le Cloud ?

« Si le Cloud computing apporte de la valeur au système d’information, c’est un réel virage stratégique » déclare, d’emblée, Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops, et les DSI se posent évidemment des questions. Cheops Technology a choisi de faire profiter de son expérience et de ce passage au cloud avec un de ses clients, Filhet Allard.

Au-delà d’une couverture globale du cloud, Cheops Technology et ses trois divisions (infrastructure, infogérance, modernisation technologique) propose deux datacenters sécurisés, une offre de green cloud iCod (Infrastructure Cheops On demand), sans oublier les partenariats avec HP, APC, Dell et EMC. Mais le cloud, quelle en est la vision pour Cheops Technology ?

Le Cloud computing n’est pas une révolution mais une évolution naturelle. De la consolidation physique à la virtualisation, en passant par le service management, nous parvenons ainsi au cloud avec le provisionnement automatique, la facturation à l’utilisation et la flexibilité. Il s’agit en quelque sorte de l’aboutissement logique d’un processus initié avec les clients depuis plusieurs années déjà.

Des modèles aux attributs…

Si différents modèles de services sont disponibles aujourd’hui : IaaS, PaaS, SaaS, BPaaS, « plus on remonte dans le modèle, plus le prestataire va gérer de choses » souligne Yannick Trubilic, responsable technique chez Cheops Technology. Le IaaS offre des capacités de traitement et un socle technique pour déployer les systèmes et les applications. Le PaaS fournit une plate-forme pour déployer les applications. Derrière le modèle Saas, nous trouvons la fourniture d’une application d’entreprise depuis un tiers. Le BPaaS, surcouche du SaaS, fournit des processus business en tant que services.

Mais, avant de se lancer, il faut savoir « qui gère quoi » précisément au s ein de ces différents types de modèles. Si le IaaS s’arrête à la couche virtualisation, le SaaS gère tout.

Et parmi, les trois modèles de déploiement : cloud privé (l’infrastructure est dédiée à une seule et même organisation), public (externe à l’entreprise), hybride (deux ou plusieurs infrastructures de cloud), le choix reste à faire en fonction des besoins réels.

Quant aux attributs des services cloud, aussi divers soient-il, chacun a son importance. Le service est partagé et standard, la solution est packagée, à la demande, évolutive. Le paiement se fait à l’usage, l’accessibilité via Internet reste primordiale, et la connexion se réalise depuis n’importe quel endroit. En outre, plus on progresse dans le modèle, plus on assiste à une interface homme/machine standardisée.

Les apports du Cloud

Pourquoi les entreprises se tournent aujourd’hui vers un cloud privé ? Essentiellement pour la confidentialité des données, la conformité réglementaire, la bande passante réseau mais aussi la volonté de garder la main sur son infrastructure, et le rejet du cloud public par les clients en raison de l’importance des données.

Quant au cloud public, il propose une disponibilité importante des ressources et des services, une solution packagée, un paiement à l’usage, une connexion depuis n’importe quel endroit et 24/24, une réduction certaine des coûts de déploiement, d’exploitation et de maintenance, une expertise et une qualité de service, les bénéfices sont donc proches de ceux de l’infogérance.

Quels apports pour les entreprises ? la maîtrise des coûts certes, mais également l’agilité, la gestion du SLA, la sécurisation des données vitales de l’entreprise, le recentrage des ressources sur les métiers, une meilleure disponibilité des ressources, sans oublier la réactivité business, la simplicité des changements et la gouvernance IT, c’est-à-dire la transformation de la DSI en centre de service.

Et n’oublions pas le « bon » geste pour la planète ! En effet, aujourd’hui, les entreprises cherchent indéniablement à réduire leurs factures énergétiques. Le PUE (Power Usage Effectiveness) est l’élément clé et les datacenters de dernière génération offrent des PUE à faible coût. La virtualisation et la consolidation des serveurs sont également déterminants. Le cloud encourage la mise en œuvre de bonnes pratiques, par exemple par l’utilisation optimale et la mutualisation des infrastructures (réseaux, serveurs, stockage …).

 

Le binôme HP – Cheops Technology

La stratégie HP

Aujourd’hui, si HP a clarifié son message, la société se recentre et mise sur l’infrastructure. Pour celle-ci, HP a besoin de logiciels (pour administrer, optimiser, sécuriser et automatiser), de services (à base de management) et de solutions (pour répondre aux besoins des clients). Les trois domaines d’investissement sont donc le réseau, le stockage et les serveurs. Le réseau est essentiel chez HP, afin de simplifier l’infrastructure et réduire les coûts. Côté stockage, l’idée est de déployer une nouvelle génération de solutions. Quant aux serveurs, les investissements d’HP sont considérables pour répondre à la nouvelle génération de cloud, sans oublier la transformation du marché x86. HP s’adapte donc à cette nouvelle donne qu’est le cloud. L’objectif est précis : « aider les clients à faire évoluer leur SI avec des solutions de cloud hybride » pour répondre aux demandes des métiers, optimiser les coûts et réduire les investissements.

Des missions précises

Avec la gamme HP CloudSystem, HP adresse les différents modèles de déploiement, et pour simplifier la mise en œuvre de clouds hybrides, HP CloudSystem Matrix 7.0 est plus spécifiquement requis. En outre, HP sait intégrer les règles de l’existant si besoin, sans aucune rupture complète. Enfin, le « bursting » qui est la capacité à aller consommer des ressources à l’extérieur  s’impose, c’est ce que HP cherche à faire avec ses partenaires, comme Cheops Technology.

La mission de Cheops Technology est ainsi claire : accompagner les clients pour mettre en place un cloud interne et devenir fournisseur de service cloud privé. Le tout, grâce à iCod qui est un pur acteur de IaaS, avec des offres de services spécifiques. Et Nicolas Leroy-Fleuriot de préciser « Cheops Technology ne fait pas de fonctionnel mais maintient les applications en condition opérationnelle, jusqu’à la supervision de la couche applicative ».

Téléchargez gratuitement cette ressource

5 clés de supervision Multi Cloud

5 clés de supervision Multi Cloud

A l’heure du Software Defined Everything (SDx) la conception et l’exploitation de logiciels sont plus complexes que jamais, ce nouvel eBook décrit les éléments clés à prendre en compte lors de la transition vers les technologies, les plates-formes et les éléments logiciels modernes afin de tirer tout le potentiel des solutions Multi cloud d'entreprise.

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 16 octobre 2012