> Mobilité > Exchange 2003 : Comprendre les paramètres globaux et les limites de messages.

Exchange 2003 : Comprendre les paramètres globaux et les limites de messages.

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Donald Livengood, Mise en ligne : 22 Novembre 2006, Parution Exchange Magazine : Septembre 2005

Vous connaissez probablement l’adage « plus vous apprenez, moins vous en savez » ; celui-ci s’applique assurément à Exchange Server 2003 et à ses nombreuses facettes complexes, telles que la migration, le stockage, l’administration et la reprise après incident (appelée récupération d’urgence dans la terminologie Exchange).En associant ces difficultés avec le besoin de comprendre les technologies associées, notamment Active Directory (AD), les réseaux de stockage SAN et les outils tierce partie, le défi devient l’évidence même. Certains aspects ardus sont connus comme tels, par exemple la migration, le service de mise à jour de destinataire (RUS) ou la sécurité des accès Exchange avec Internet. D’autres sont moins évidents. C’est en autres le cas de deux composants d’Exchange 2003 : les paramètres de limites de taille globales et la réplication des dossiers publics. Cet article examine de plus près ces deux composants et illustre leurs interactions. Il aborde également certains aspects insolites apparentés dans le cadre du système de transport des messages.

Exchange 2003 : Comprendre les paramètres globaux et les limites de messages.

Au cours d’une récente mission de consulting, un aspect important s’est rappelé à mon bon souvenir : à savoir l’incidence des limites de taille globales sur la réplication des dossiers publics. Un de mes clients a mis en place une organisation Exchange 2003 type avec l’intention de migrer vers cette nouvelle infrastructure l’environnement Exchange 5.5 existant de l’entreprise et ses différentes organisations distribuées. Dans le cadre de la consolidation de son système de messagerie, l’entreprise envisage de regrouper ses deux centres de données. La planification et la conception du nouvel environnement, y compris la stratégie de migration, ont été effectuées. Exchange 2003 fonctionne en tant que centre de routage pour tous les environnements et assure, pour l’essentiel, la gestion de tous les courriers entrants et sortants.

L’entreprise a récemment défini une limite de 12 Mo concernant ses paramètres Envoi de la taille des messages (Sending message size) et Réception de la taille des messages (Receiving message size). Selon sa stratégie, cette configuration doit à elle seule définir les limites appropriées concernant la taille des messages entrants et sortants. Par conséquent, l’entreprise n’a défini aucune limite spécifique au niveau des connecteurs Exchange et des serveurs virtuels SMTP. Cette approche est des plus courantes. Nombre de clients fixent des limites entre 10 Mo et 20 Mo car ils souhaitent restreindre la taille des messages qui entrent dans leurs environnements Exchange et en sortent. Microsoft ne semble pas préoccupé par les limites de 20 Mo et l’outil ExBPA (Exchange Server Best Practices Analyzer) ne contrôle pas ces limites de messages tant que ceux-ci n’excèdent pas 30 Mo.

Mon client dispose d’une implémentation de dossiers publics relativement conséquente. Lorsque l’entreprise a créé la structure de dossiers publics Exchange 2003 et son contenu en tant que partie intégrante de sa migration Exchange 5.5, le résultat a été le suivant : une organisation avec près de 20 000 dossiers publics Exchange 2003, dont 17 000 activés pour la messagerie. La taille de certains éléments de dossiers dépasse les 20 Mo, d’où un contenu de dossier public de près de 150 Go.

Le client a fusionné cinq organisations dans une seule et, comme la plupart des entreprises, il souhaite une transition aussi rapide que possible dans le pénible processus de migration. Une fois ce dernier terminé, le client fera évoluer sa structure de dossiers publics existante vers d’autres technologies, notamment Microsoft Sharepoint Portal Server. L’entreprise procédera à un assainissement plus poussé de sa structure de dossiers publics, afin d’aboutir au final à un environnement plus gérable. Nombre des dossiers publics activés pour la messagerie sont actuellement générateurs de chiffre d’affaires et le client n’envisage pas de se départir complètement de ceux-ci à court terme. Comme la structure de dossiers publics du nouvel environnement représente les organisations Exchange 5.5 existantes, la localisation des informations est relativement aisée, sans être idéale.

L’architecture Exchange 2003 est répartie sur deux centres de données qui utilisent le clustering N+1 et partagent un réseau à haute disponibilité. Ces centres représentent les groupes de routage dans la structure organisationnelle, d’où la possibilité pour l’entreprise de contrôler les modalités du trafic entre les deux centres et d’assurer une flexibilité et un contrôle améliorés. Plusieurs serveurs tête de pont dans chaque centre de données gèrent non seulement le trafic inter-centres, mais routent et relaient également le trafic Internet entrant et sortant.

Toutefois, les serveurs tête de pont Exchange 2003 ne sont pas en prise directe avec Internet. En effet, le client a intercalé entre les serveurs et Internet des équipements SMTP. Ces derniers sont partagés par les deux centres de données et apportent des fonctionnalités antispam, antivirus et de routage.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Une véritable révolution se prépare progressivement... les entreprises doivent veiller à ne pas rester à l’écart et se faire prendre de vitesse. Tout comme la mobilité ou encore le cloud, la blockchain est une composante essentielle de la transformation numérique. Découvrez, dans ce dossier, comment aborder, comprendre et démarrer la Blockchain

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010