> Tech > Le défenseur de R.I.A

Le défenseur de R.I.A

Tech - Par Michael Desmond - Publié le 24 juin 2010
email

Interview du Microsoftien Brad Becker sur Silverlight et le marché des entreprises.
Microsoft a annoncé officiellement la RTW (Release to Web) de Silverlight 2 et a ainsi clôturé un cycle de bêtas de plusieurs mois concernant l’infrastructure et le runtime RIA (Rich Internet Application). Avec son sous-ensemble encapsulé du .NET Framework et avec un socle d’outils et une architecture en commun avec WPF (Windows Presentation Foundation), Silverlight 2 ouvre un nouveau front stratégique dans l’activité de développement de Microsoft.

 
Un personnage clé se trouve derrière le développement de l’infrastructure Silverlight 2. Il s’agit de Brad Becker, directeur de la division Rich Client Platforms chez Microsoft. Auparavant, Brad Becker a été concepteur produits senior chez Adobe Systems Inc., où il a dirigé la conception de l’environnement de développement Adobe FlexBuilder. Il a ensuite rejoint Microsoft en 2005 et a travaillé sur les projets Expression Suite, WPF et Silverlight. Vous êtes resté plusieurs années chez Macromedia et Adobe, comment avez-vous abouti chez Microsoft ? Pour une bonne part, cela s’explique par le fait que j’y ai passé la dernière année, au sein de l’équipe de consulting de Macromedia, à construire des applications pour des clients, notamment la bêta de Yahoo! Maps, lorsqu’ils l’ont réécrite dans Flex pendant un temps. Comme vous le savez, ils se sont contentés d’effectuer la mise en boîte et sont revenus à AJAX. Mais ce que j’ai compris, c’est que l’infrastructure Flex est excellente pour démarrer un projet, mais qu’il est difficile de terminer quelque chose avec. Vous commencez à rencontrer des problèmes de performances et d’évolutivité, ainsi que d’autres problèmes similaires. Par conséquent, vous finissez par revenir aux fondations. Vous devez vous replonger dans Flash, bricoler les choses à la main dans cet environnement, puis revenir au bourbier des séquences vidéo, des montages chronologiques et des animations à base de cellules.

Le défenseur de R.I.A
 Pour une bonne part, cela s’explique par le fait que j’y ai passé la dernière année, au sein de l’équipe de consulting de Macromedia, à construire des applications pour des clients, notamment la bêta de Yahoo! Maps, lorsqu’ils l’ont réécrite dans Flex pendant un temps. Comme vous le savez, ils se sont contentés d’effectuer la mise en boîte et sont revenus à AJAX. Mais ce que j’ai compris, c’est que l’infrastructure Flex est excellente pour démarrer un projet, mais qu’il est difficile de terminer quelque chose avec.

Vous commencez à rencontrer des problèmes de performances et d’évolutivité, ainsi que d’autres problèmes similaires. Par conséquent, vous finissez par revenir aux fondations. Vous devez vous replonger dans Flash, bricoler les choses à la main dans cet environnement, puis revenir au bourbier des séquences vidéo, des montages chronologiques et des animations à base de cellules.

Cette technologie a donc été source de frustration ?
Flash a été conçu pour réaliser des séquences animées sur le Web et il est excellent dans ce domaine. Mais, à la fin de la journée, chaque fois que vous utilisez une infrastructure de haut niveau, il vous faut, à un moment ou à un autre, revenir systématiquement sous le capot, ce qui demeurait toujours douloureux. A cette époque, Microsoft avait déjà rendu public XAML et WPF depuis un certain temps. Immédiatement après, je suis allé chez Microsoft et nous avons réalisé que nous souhaitions une version multiplate-formes de .NET et de WPF.

Il était sensationnel de pouvoir construire ces applications sophistiquées et puissantes sous Windows, mais les clients avaient parfois besoin de fournir quelque chose englobant différentes plates-formes. Parfois, ils avaient juste besoin de quelque chose pouvant s’exécuter dans le navigateur Web et déployable de la sorte, autrement dit facilement et de manière compacte avec un petit package de déploiement.

Quelle a été votre contribution dans la formulation de la vision Silverlight ?
J’ai conseillé très tôt l’équipe Silverlight sur le fait que la vidéo était très en vogue sur le Web à cette époque et ils ont pris la bonne décision. Avec un produit V1, vous ne pouvez pas tout faire. Vous devez réellement définir ce sur quoi vous souhaitez être bon. L’autre point et que nous avons aussi vraiment mis l’accent sur Deep Zoom, afin d’être certain de l’intégrer.

En fait, nous voulions à tout prix certaines fonctions innovantes qui feraient avancer les possibilités sur le Web. Nous avons beaucoup de fonctions de développement remarquables et c’est l’une des forces de notre plate-forme et de nos outils. Nous souhaitions aussi avoir des éléments sympas que nos utilisateurs finaux trouveraient fantastiques. Il est plutôt difficile d’amener le vice-président d’une société à être séduit par LINQ to SQL.

Néanmoins, vous leur montrez Deep Zoom et ils disent : « Extraordinaire, c’est ce qu’il me faut ». Vous avez besoin de ce type d’élément dans la plate-forme pour la faire décoller.

Selon certains rapports, la RTW de Silverlight 2 constitue une rupture avec le code existant développé pour les bêtas antérieures de Silverlight. Comment les développeurs vont-ils contourner cet aspect ?
La bêta constituait un programme de mise en service. Les entreprises qui souhaitaient cette mise en service étaient censées nous contacter. Toutes les personnes qui ont procédé ainsi ont été rappelées par Microsoft. Elles ont été contactées de bonne heure avec un léger avertissement concernant la nécessité de mettre leur site à niveau. Maintenant que c’est terminé, les mises à niveau automatiques vont démarrer pour tous les utilisateurs de bêtas Silverlight 1 et Silverlight 2 qui ont activé les mises à jour.

Par conséquent, il est nécessaire qu’ils mettent leurs sites à niveau vers la RTW. Désormais, les modifications seront mineures pour de nombreux sites. Certains nécessiteront juste une recompilation. Néanmoins, les sites bêta 2 ne fonctionneront pas avec le lecteur de la RTW.

Quelles sont les perspectives d’avancement de la migration ?
Nous n’envisageons à vrai dire pas de réaliser de bêtas importantes, une mise en service ou d’autres choses compliquées de ce type. Je ne promets pas que cela ne se reproduira plus. La raison pour laquelle nous l’avons fait cette fois était due aux Jeux olympiques. Nous souhaitions fournir pas mal de fonctions dans Silverlight 2.

Mais les Jeux olympiques ne pouvaient attendre. Le plug-in était de très bonne qualité pour la bêta. Il est clair que nous avons réalisé tout le site des Jeux olympiques de NBC avec un plug-in en version bêta. D’après ce que j’ai pu en juger et de l’avis d’autres personnes sur les forums que j’ai consultés, les gens ont généralement été très satisfaits de leur utilisation du site. Par conséquent, nous avons fait une seule exception, principalement pour les Jeux olympiques, mais aussi parce que c’était la première fois que nous ajoutions .NET et de nombreuses autres fonctionnalités extrêmement importantes.

Cette fois-ci, nous réalisions beaucoup d’éléments fondamentaux, de sorte que nous devions apporter un grand nombre de modifications substantielles. La plupart des futures versions de Silverlight effectueront principalement des ajouts par-dessus ce que nous avons développé et les changements devraient être moins révolutionnaires.

Avec l’encapsulation de .NET Framework, Silverlight 2 est, à l’évidence, bien plus qu’un simple vecteur de médias. Mais, apparemment, nous n’entendons pas encore beaucoup parler du développement d’applications métier. A quoi cela tient-il ?
L’un des aspects sur lesquels nous travaillons est une sorte de b.-a.-ba de la conception pour les développeurs et, même si je ne peux vous fournir aucune date sur quoi que ce soit, nous allons essayer de le faire en 2009. Il s’agit des 20 aspects de base les plus importants à comprendre sur la conception si vous êtes développeur, afin en quelque sorte d’éviter les principaux faux pas et de fournir un meilleur résultat.

L’autre aspect que nous allons traiter concerne la possibilité de créer des outils qui aideront les développeurs à effectuer de la conception élémentaire. Nous allons donc élaborer plus de scènes et habillages pour WPF et Silverlight, afin de modifier l’habillage et la scène des contrôles de base de Silverlight. Voilà toutes les choses qui vont aider les développeurs à créer de meilleures applications, lorsque celles-ci nécessitent une dose de conception.

Pour la majorité des applications métier, je pense que l’on parle uniquement de suivre les règles d’utilisabilité de base, dont beaucoup n’ont pas changé depuis les WinForms, voire depuis les applications Win32 ou Win16. Certains de ces aspects sont basiques, par exemple l’agencement des contrôles. Nous allons également fournir des exemples d’applications et nous allons embaucher des concepteurs et développeurs qui travailleront avec nous sur ces éléments. Par conséquent, 2009 sera une année riche en actualité pour .NET, WPF et Silverlight.

Téléchargez gratuitement cette ressource

TOP 5 Sécurité du Télétravail

TOP 5 Sécurité du Télétravail

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par Michael Desmond - Publié le 24 juin 2010