> Enjeux IT > Le FinOps de A à Z : Définition, méthodologie et mise en pratique

Le FinOps de A à Z : Définition, méthodologie et mise en pratique

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 31 août 2022
email

Le FinOps, quésaco ? Virgile Delécolle, Apptio France, examine la pratique FinOps sous toutes les coutures.

Le FinOps de A à Z : Définition, méthodologie et mise en pratique

Le FinOps, quésaco?

Pour Virgile Delécolle, Directeur Solutions pour l’Europe du Sud chez Apptio, le FinOps est tout simplement la bonne excuse pour que toutes les parties prenantes de l’usage du Cloud dans une entreprise travaillent ensemble sur une meilleure utilisation et rentabilité de leurs serveurs. “Quand on parle de la meilleure utilisation possible”, on parle surtout dune utilisation raisonnée et cohérente avec les frais  de dépenses mais aussi avec les objectifs et initiatives de lentreprise sur le long terme.” Explique-t-il. En effet, il est actuellement très facile de démarrer une machine dans le Cloud. On se connecte, on crée un compte et en quelques minutes, chacun peut avoir accès à un environnement fonctionnel. Et c’est la promesse du Cloud ! De pouvoir bénéficier de cette souplesse et de cette réactivité. Seulement, si on multiplie cette opération par le nombre de services dans l’entreprise par exemple, les factures finissent par s’empiler et les dépenses deviennent vite incontrôlables. Le FinOps va donc accompagner toute entreprise désireuse de structurer et coordonner leur utilisation du Cloud et d’en tirer tous les bénéfices – qu’ils soient techniques ou financiers – afin de retrouver une certaine compétitivité.

Trois phases sont indispensables à sa mise en place : informer, optimiser et exploiter.

  • Informer

Cette première étape représente la capacité d’une entreprise à comprendre l’utilisation qu’elle a du Cloud. Qui l’utilise ? Comment et pourquoi ? Combien cela coûte – t – il ? “Cest la fondation de toute démarche FinOps, poursuit Virgile, “Il faut collecter les informations, les analyser et les rendre lisibles et accessibles par toutes les parties prenantes. Lobjectif est davoir les bonnes données pour les phases suivantes mais le simple fait de rendre visible les coûts aux utilisateurs va changer leur comportement, cest ce quon appelle leffet Prius. Grâce à cette première étape, certains de nos clients ont réussi à économiser 500 000 euros par an, ce qui est énorme”.

  • Optimiser

Une fois que l’entreprise a de la visibilité sur qui utilise les serveurs, comment et pourquoi ces derniers sont utilisés, on peut identifier des plans d’optimisation possibles, chacun avec des avantages et des risques différents. “En fonction de lanalyse faite en étape une, on peut identifier plusieurs stratégies dactions : éliminer les dépenses inutiles, bénéficier des dernières évolutions techniques ou négocier des remises, etc.”

  • Exploiter

 » Cest la dernière étape du cycle, celle de la prise de décisions”, poursuit Virgile Delécolle. “On sait ce quil y a à améliorer, on a différents scénarios, on en choisit un et on le met en place. Pendant cette exploitation, chaque entreprise doit être capable de challenger en permanence la stratégie mise en place et donc repasser sans cesse par la première et deuxième étape. Cest un cercle vertueux qui illustre très bien cette notion damélioration continue que propose le FinOps”.

Le but ultime du FinOps est de pouvoir relier tout ce travail et cette rationalisation aux objectifs économiques de chaque entreprise. “Souvent, les clients veulent réduire les coûts, les optimiser. Mais dans certains cas, l’exercice se traduit par une augmentation des dépenses Cloud et cela nest pour autant pas un mauvais indicateur. Si grâce à la mise en place dune démarche FinOps, le coût unitaire (unit economics) diminue et que les dépenses cloud sont plus importantes, cela signifie simplement que lentreprise est plus performante et vend plus ! Le but nest pas de dépenser moins mais de gagner plus.” conclut Virgile.

Virgile Delécolle, Apptio France

La démarche FinOps, pour qui et pour quoi ?

Dès le départ, et pour toutes entreprises, la démarche FinOps est une bonne initiative. “A partir du moment où des instances cloud sont consommées, il est intéressant de se rassembler autour du FinOps” explique Virgile Delécolle, Directeur Solutions pour l’Europe du Sud chez Apptio. Aujourd’hui, même les entreprises dans des secteurs traditionnels comme les banques ou l’industrie s’intéressent et testent le cloud dans leur quotidien. “Parfois ça fonctionne, parfois lutilisation du cloud a moins de sens, parfois le modèle devient hybride… Il faut vraiment faire ce qui apporte du sens à lentreprise et dans tous les cas, il faut le gérer. Le FinOps est une approche qui se démocratise et qui prend de l’essor en France. Il y a encore quelques années, l’équipe FinOps dans les entreprises était constituée de 1 ou 2 personnes. Aujourdhui, on en compte entre 5 et 7”. poursuit-il. 5 à 7 personnes de métiers et d’horizons différents, qui travaillent ensemble pour améliorer l’utilisation du Cloud dans l’entreprise. La démarche FinOps serait-elle la descendante du manifeste agile ? “Les intentions de lAgilité et du FinOps sont effectivement similaires : tous deux reposent sur la communication, collaboration et sur le fait davoir des équipes pluridisciplinaires. Mais ce sont bien deux sujets différents, à ne pas confondre !” Explique Virgile.

En termes de typologie de client FinOps chez Apptio, Virgile en remarque deux : ceux qui ont vu leurs coûts relatifs au Cloud exploser et qui souhaitent raisonner ces dépenses, puis ceux qui n’ont pas beaucoup de dépenses cloud mais qui veulent faire les choses correctement dès le départ. “Sur le premier profil, on constate en moyenne 15 à 20% de dépenses non utilisées ou optimisables, donc de vraies économies à réaliser avec des usages différents. Pour le second profil, ils ont la volonté de sengager dans la démarche de façon très académique et cherchent un outil sur lequel sappuyer pour la mise en place de lapproche FinOps.. Un outil dédié tel que Cloudability, la solution Apptio de référence pour gérer le FinOps. “La FinOps Foundation est née des réunions trimestrielles du conseil consultatif des clients de Cloudability, sous l’impulsion de J.R. Storment, cofondateur de la solution à l’époque et aujourd’hui directeur de la fondation !” précise Virgile.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Travail hybride : 5 enjeux de mise en œuvre

Travail hybride : 5 enjeux de mise en œuvre

Pour rendre le travail hybride évolutif et durable pour la nouvelle ère, directions IT et Métiers doivent résoudre de nombreux défis. Bénéficiez d'un guide complet pour élaborer et exécuter une stratégie de Workplace capable de connecter et responsabiliser les employés pour créer un lieu de travail adaptable, robuste et résilient.

Du FinOps au GreenOps : quel avenir pour cette démarche doptimisation ?

FinDev, Devops, SecOps, DevSecOps… quelle évolution pour le FinOps ?! “Tous ces acronymes mettent en avant les différentes disciplines des entreprises – exploitation, développement, finances, sécurité, etc. Dans le cas du FinOps, pour le Cloud, tous les mois les factures tombent, et rapidement la finance sest rapprochée de lexploitation, doù le FinOps. Mais il est évident que toutes les disciplines sont derrière la démarche et que chacune dentre elle apporte sa pierre à l’édifice.” souligne Virgile. Une initiative forte au sein des entreprises en 2022 : la neutralité carbone.

Réduire ses dépenses carbones liées à l’IT, c’est l’un des objectifs les plus importants actuellement qui peut être atteint grâce au Cloud. Les cloud providers l’ont très bien compris : “La neutralité carbone est aujourdhui un argument marketing incontournable. Certains cloud providers proposent des solutions un peu plus chères qui garantissent un engagement responsable et raisonné, ce qui peut tout à fait être en accord avec les objectifs de lentreprise. Encore une fois, le FinOps permet cette mise en lumière et cette conjonction entre les dépenses dune entreprise et sa stratégie sur le long terme.” Cela demande un travail constant avec les clients pour mettre en place les bons algorithmes et les bonnes stratégies. “Nous sommes de plus en plus sollicités sur cette question GreenOps”, aussi bien pour le Cloud que pour les infrastructures possédées par les clients. Les entreprises voient dans le cloud la possibilité de répondre à ce besoin de neutralité carbone. On en revient donc au premier point de la méthode FinOps qui est dinformer pour ensuite analyser et améliorer le processus. » Conclut Virgile.

 

 

 

En résumé

 2 typologies de clients adoptent le FinOps :

  • Ceux qui souhaitent régulariser leurs dépenses cloud,
  • Ceux qui souhaitent utiliser le cloud de façon raisonnée dès les premières utilisations.

 3 conseils aux entreprises qui souhaitent adopter la culture FinOps :

  1. Démarrez les réflexions autour du FinOps le plus tôt possible…
  2. En construisant une équipe pluridisciplinaire, représentative de tous les besoins en termes de cloud dans l’entreprise.
  3. Enfin, faites le lien entre cette équipe FinOps et les objectives/initiatives de votre entreprise

 

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 31 août 2022