> Tech > Les nouveaux domaines

Les nouveaux domaines

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

La liste originale des noms de domaines de haut niveau contenait .com, .edu, .gov, .mil, .net et .org. Peu après ce premier groupe, le schéma de nom TLD en code pays (ccTLD, country-code TLD) est apparu, donnant à chaque pays du monde son propre code à deux caractères unique, comme

.us pour les Etats-Unis et .ca pour le Canada. Certains codes de pays, comme .tv, ont suscité un curieux engouement, non sans arrières-pensées, auprès d’enregistrants sans rapport avec le pays possédant le TLD. Ils en ont parfois tiré des profits commerciaux inattendus aux quatre coins du globe. La grande majorité des noms de domaines ont été enregistrés dans les TLD .com et .net, conduisant à un épuisement de tous les « bons » noms. Par exemple, tous les noms de domaines à trois lettres dans les deux espaces ont été acquis et beaucoup de mots courants ont été enregistrés par des spéculateurs de noms de domaines avisés.

Pour supprimer cet engorgement de noms, en 2002, ICANN a lancé un second groupe de TLD : .aero, .biz, .coop, .info, .museum, .name et .pro. ICANN a également groupé tous les TLD dans deux grandes catégories : non sponsorisés et sponsorisés. Les TLD non sponsorisés sont ouverts à tout le monde, tandis que les TLD sponsorisés imposent des exigences d’admission spéciales. Ainsi, tout le monde peut obtenir un nom dans le TLD .com ou un nom dans le ccTLF .tv. Mais seuls les organismes qualifiés d’éducation supérieure peuvent acquérir un domaine .edu et seule une branche de l’armée U.S. peut obtenir un domaine .mil.

Les quatre nouveaux TLD non sponsorisés – .biz, .info, .name et .pro – sont destinés aux entreprises, aux fournisseurs d’informations, aux particuliers, et aux professions, respectivement. Les trois nouveaux domaines sponsorisés – .aero, .coop et .museum – sont réservés aux entités liées à l’aéronautique, la coopération et les musées. Les règles d’acquisition de l’un des nouveaux TLD non sponsorisés varient. A titre d’exemple, n’importe quelle entreprise peut obtenir un nom .biz, mais pour acquérir un nom .pro, il faut montrer patte blanche.

On ne voit pas bien pourquoi ICANN n’a choisi que ces sept TLD parmi les 180 proposés. Peut-être ICANN veut qu’Internet soit capable de s’adapter à la complexité DLS croissante des nouveaux TLD. Internet a passé ce test avec succès. Les nouveaux TLD fonctionnent fiablement depuis plus de deux ans.

Le débat sur les TLD supplémentaires fait rage mais, compte tenu de l’accueil fait au premier jeu des sept nouveaux TLD, il est probable qu’Internet puisse bénéficier des nouveaux à venir.

A propos des nouveaux TLD, certains craignaient que des organisations achètent purement et simplement leurs noms correspondants dans chacun de ces espaces de noms. Par exemple, acme.com aurait acheté acme.biz, acme.info, acme.name et acme.pro. Rien de tel ne s’est produit et donc les nouveaux TLD remplissent le rôle qui leur était imparti, à savoir étendre l’espace de noms d’Internet.

Devriez-vous songer à participer aux nouveaux TLD ? Sûrement pas si vous entendez uniquement verrouiller votre nom de domaine: cela va à l’encontre de l’objet même des nouveaux TLD. Le fait d’enregistrer un nom .info, par exemple, n’aidera pas les clients à vous trouver plus vite. En revanche, si vous pouvez offrir légitimement un contenu unique dans .biz ou dans .info, n’hésitez pas. Les TLD .name et .pro sont destinés aux particuliers et ils permettent l’enregistrement de domaines de troisième niveau, comme markj.thompson.name ou smith-jone.law.pro. Si vous voulez être personnellement présent sur Internet, c’est la marche à suivre.

Téléchargez gratuitement cette ressource

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

Téléchargez cette étude Forrester et découvrez comment booster la collaboration tout en dégageant un excellent R.O.I grâce au système de vidéoconférence HP Elite Slice G2 avec Microsoft Teams !

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010