> Mobilité > Le manque de compétences digitales angoisse les collaborateurs

Le manque de compétences digitales angoisse les collaborateurs

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 26 octobre 2017

7 talents digitaux sur 10 préfèrent une culture entrepreneuriale fonctionnant comme une start-up ! Le déficit de compétences suscite des interrogations tout à fait légitimes. Les collaborateurs font part de leurs fortes inquiétudes et du manque de formations proposées en entreprise…

Le manque de compétences digitales angoisse les collaborateurs

Les talents digitaux font défaut et les entreprises le reconnaissent : ce manque nuit à leur transformation digitale et  à leur avantage concurrentiel (54%). Malgré ce constat, la moitié n’agit pas pour pallier ce déficit digital et les budgets formation n’augmentent pas voire diminuent. Autre crainte, une fois formés, les employés quitteront leur organisation, selon 51% des employeurs.

 

50% des collaborateurs développent seuls leurs compétences

Les employés se sentent démunis et ne voient pas leurs compétences évoluer. Pour certains, leurs compétences sont déjà obsolètes (29%), seront inutiles dans 4 à 5 ans (38%), et pour les générations Y et Z dépassées également dans 4  à 5 ans (47%).

Mais qui craint cette évolution ? Le secteur automobile remporte la palme avec 48%, suivi du secteur bancaire (44%), des utilities, des télécommunications et de l’assurance (39%).

 

L’inefficacité des formations

Pour 50% des talents digitaux, les formations ne leur ont pas été utiles (ou pas le temps d’y assister), pire, 45% les décrivent « inutiles et ennuyeuses ».

Les conséquences sont cruelles : 

55% des talents digitaux changeront d’employeur si leurs compétences digitales continuent de stagner (47% des employés sont attirés par des entreprises développant les compétences) 

– 7 talents digitaux sur 10 préfèrent rejoindre des entreprises à la culture entrepreneuriale fonctionnant à la manière d’une start-up et favorisant l’agilité et la flexibilité.

 

« Soft » contre « Hard »

Les profils ayant des compétences digitales dites « hard »  (analytique avancée, automatisation, intelligence artificielle, cybersécurité) sont très recherchés. 

Les compétences digitales « soft » ne sont pas en reste : ainsi, l’aptitude à adopter une approche centrée sur le client est convoitée tout comme la capacité à gérer des situations de travail incertaines et en mode collaboratif.

Si 51% des employeurs notent une absence de compétences digitales « hard », 59% constatent un manque de compétences « soft » chez leurs employés. 

 

5 actions pour la « Digital Attitude »

Les entreprises n’ont pas le choix. Pour capitaliser sur les compétences digitales, elles doivent orienter leurs actions en 5 axes :

– Développement des compétences digitales en pensant « start-up »

– Epanouissement des talents digitaux en favorisant agilité et flexibilité

– Parcours de formation pour répondre aux attentes des employés

Innovation en matière de compétences pour combler le manque de culture

Expérimentation et créativité pour les collaborateurs

 

Le Top 10 des fonctions digitales

Pas d’hésitation, les talents sont à portée de main, découvrez les 10 fonctions digitales que vous serez amenés à côtoyer dans les 2 à 3 prochaines années :

– Consultant Information Security/Privacy 

– Directeur du digital/Directeur des informations digitales (Chief Digital Officer) 

– Architecte Data 

– Chef de projet digital 

– Ingénieur Data 

– Directeur de clientèle 

– Personal Web Manager 

– Directeur IoT (Internet des objets)

– Data Scientist 

– Directeur Analytics/Directeur Data 

 

 

Etude, Digital Talent Gap, menée par Capgemini en collaboration avec LinkedIn

 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Gestion et Sécurité Windows 10 & Office 365

Gestion et Sécurité Windows 10 & Office 365

Voici les meilleures pratiques pour optimiser le déploiement, la gestion et la sécurité des environnements Office 365 & Windows 10 avec VMware Workspace ONE. Découvrez, dans ce Guide Enjeux et Perspectives, comment être mobile et productif en toute sécurité.

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 26 octobre 2017