> Tech > Meilleure intégration : introduction aux portlets avec Webfacing

Meilleure intégration : introduction aux portlets avec Webfacing

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par George Farr et Phil Coulthard Mis en ligne le 24/01/2006 - Publié en Mai 2005

Encore une fois, soyez les bienvenus dans notre série d’articles suivant l’itinéraire des développeurs iSeries (voir ibm.com/iseries/roadmap). Dans « Services Web: des outils pour programmeurs iSeries », nous écrivions l’étape 3 de l’itinéraire, une meilleure architecture, dont l’objectif principal est d’entrer de plain-pied dans le monde des interfaces utilisateur Web et des services Web, tout en continuant à utiliser le RPG ou Cobol existant pour la logique de gestion. Le dernier article « Etendre une application WebFacing avec des outils Web » couvrait l’étroite intégration qui existe entre les outils WebFacing et web. En outre, les articles précédents traitaient des outils de WebSphere Development Studio client (WSDc) pour développer de nouvelles applications d’interface utilisateur Web (voir l’encadré « Articles sur www.itpro.fr » (ciaprès).Avant de passer à l’étape 4 de l’itinéraire, où il sera question de meilleure portabilité, parlons du portail et des portlets et du support du portail WebFacing dans WDSc Advanced V5R1.2. Compte tenu de la limite de taille de cet article, nous supposons que vous connaissez déjà le WebFacing Tool et que vous savez « webfacer » l’application existante. Si tel n’est pas le cas, veuillez lire l’article « L’IBM WebFacing Tool : une meilleure interface utilisateur » d’abord.

Meilleure intégration : introduction aux portlets avec Webfacing

Vous avez sûrement entendu parler des portails et des serveurs de portails. Ils sont au coeur du développement Web. Et même si vous n’en avez pas entendu parler, vous avez très certainement visité des sites Web construits au moyen de portails.

Donc, qu’est-ce qu’un portail ? Un portail permet à l’utilisateur final de choisir dans un ensemble d’applications portail, appelées portlets (ou petits portails). On peut assimiler un portail à un conteneur de portlets (ou applications). Généralement, chaque portlet occupe un sous-ensemble de pages Web. On peut personnaliser librement un portail.

Et qu’est-ce qu’un serveur de portails ? C’est tout simplement un hub (ou moyeu, ou plaque tournante) permettant d’accéder aux applications Web de type portlet.

Vous souvenez-vous des premiers jours de l’informatique et des applications DOS Windows ? On ne pouvait alors exécuter qu’une application à la fois et il fallait attendre qu’elle finisse avant de commencer la suivante. Cet environnement était très restrictif jusqu’à l’avènement de Windows qui a permis d’exécuter simultanément plusieurs applications dans des processus ou threads (ou fenêtres) séparés. Comparez cette situation aux premiers jours du World Wide Web. Quand on était dans un navigateur, pour se rendre sur un site Web, il fallait entrer l’URL de ce site et démarrer l’application demandée. On ne pouvait pas entrer des URL multiples, ni avoir plusieurs sites Web actifs en même temps.

Au fil de l’évolution du Web et des navigateurs, ces derniers ont supporté Java et les applets Java ainsi que d’autres plug-ins. Les serveurs Web progressaient eux aussi. Au début, on se limitait à des pages Web statiques qui sont devenues progressivement les serveurs d’aujourd’hui, où des pages dynamiques peuvent aussi être servies.

On a voulu alors que les serveurs Web servent des applications multiples dans la même page dynamique : d’où les serveurs de portail.

De plus, les portails fournissent des fonctions précieuses comme la sécurité, la recherche et le workflow. En fait, les portails constituent les postes de travail de demain, capables de délivrer des applications e-business sur le Web à toutes sortes d’appareils client. Ils offrent aux utilisateurs de quoi effectuer leur travail à toute heure et en tout lieu, en toute sécurité.

Téléchargez cette ressource

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Sur fond de vulnérabilités en tout genre, les établissements hospitaliers, pharmacies, laboratoires et autres structures de soin font face à des vagues incessantes de cyberattaques. L’objectif de ce livre blanc est de permettre aux responsables informatiques ainsi qu’à l’écosystème des sous-traitants et prestataires du secteur médical de se plonger dans un état de l’art de la cybersécurité des établissements de santé. Et de faire face à la menace.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010