> Mobilité > Migration de Domino vers Exchange 2007, phase 1 : La cohabitation (1/2)

Migration de Domino vers Exchange 2007, phase 1 : La cohabitation (1/2)

Mobilité - Par Emmanuel Vinazza - Publié le 24 juin 2010
email

Pourquoi migrer depuis Domino vers Exchange 2007 ? La grande question est de savoir aujourd’hui quels sont les enjeux de la migration depuis un environnement Domino (ou autre serveur de messagerie tiers) vers Exchange 2007 Server. Question de ROI ? Question de performance? Question de simplicité ? En résumé, il est important de savoir quelles sont les raisons valables qui peuvent pousser un DSI à lancer un tel projet. 

Outre le fait que Exchange Server occupe aujourd’hui une place prépondérante sur le marché mondial de la messagerie, quels sont les réels points clés qui justifient une migration, quels sont les réels bénéfices à tirer d’un passage vers Exchange, quels sont les couts direct et indirect d’un tel changement ? Cet article va aborder la migration en deux temps. La mise en place de la coexistence des deux environnements puis la migration des ressources depuis Domino vers Exchange. A la fin de cet article, vous serez en mesure de configurer Exchange et Domino pour qu’ils fonctionnent ensemble de manière transparente pour les utilisateurs. Je traiterai dans une deuxième partie la migration des objets Domino vers Exchange. 

Migration de Domino vers Exchange 2007, phase 1 : La cohabitation (1/2)

En tant qu’expert Exchange depuis de nombreuses années, j’ai eu l’occasion de travailler aussi sur des environnements tiers tels que Domino Server et je dois dire que les deux produits ont respectivement leurs atouts et leurs points faibles. Aussi je vais tâcher de rester objectif dans ce qui va suivre.

Lorsqu’on me demande (et c’est souvent le cas) quelle est la meilleure solution entre Domino Server et Exchange Server, je réponds toujours la même chose: « Tout dépend de ce que vous voulez faire » et je rajoute toujours « Exchange fait uniquement serveur de messagerie et il le fait bien. Domino fait entre autre de la messagerie en plus de tout le reste ».

En résumé, lorsque vos besoins se concentrent sur la messagerie et sur le travail collaboratif, une solution Exchange / SharePoint suffira largement à couvrir vos besoins. Si vous voulez plus que cela et développer des outils de gestion propres, alors il est évident que Exchange ne sait pas y répondre. D’autres outils Microsoft savent par contre très bien le faire. Cela n’enlève en rien toutes les possibilités de développement qui tourne autour de Lotus Notes et des bénéfices de cette solution.

Mais quoiqu’il en soit, il s’avère que la solution Exchange répond à un besoin fondamental : fournir le service de messagerie. Sans enlever la richesse fonctionnelle de Domino Server, il y a un point qui peut être à la fois un avantage et un inconvénient qui est que pour obtenir le même niveau de fonctionnalité de Domino Server, il faut effectivement plusieurs produits chez Microsoft. Cela peut apparaitre comme une lacune, pour ma part, cela est plutôt un avantage. Je suis partisan de la segmentation des rôles de serveurs et donc suis plus favorable à ce modèle fonctionnel et technique.

Enfin et bien que Microsoft avance le fait qu’il soit possible de migrer les applications existantes Lotus vers Exchange, il s’avère que ce deuxième aspect n’apparait pas aussi simple qu’en théorie. En effet, le passage de Domino vers Exchange se fait la plupart du temps dans le cadre d’un abandon des applications qui ont été développées sur Domino.

J’ai pu observer en entreprises que la plupart de ces applications étaient petit à petit remplacées par des applications dédiées, dont les éditeurs sont souvent nationaux et/ou internationaux et ce choix s’explique par deux raisons : la première est que les entreprises passant de nombreuses heures à personnaliser leurs applications développées en environnement Domino, dépensent des sommes d’argent importantes (développement interne ou externe) dont l’équivalent sur une solution tierce aurait un cout beaucoup moindre pour le même résultat. La deuxième raison tient au fait que la diversité des intervenants (internes ou externes) rends de plus en plus difficile la gestion du changement de la dite application.

Par suite logique, il s’ensuit que la moindre modification devient extrêmement difficile et coute souvent beaucoup d’argent. Le choix d’une solution standardisée s’avère donc dans la plupart des cas être un choix inéluctable.

En conclusion, le changement d’un environnement de messagerie ne tient pas uniquement au fait de savoir quel est le meilleur outil de messagerie, mais surtout quel est celui qui répondra le mieux à nos besoins actuels et futurs mais aussi quel sera l’outil le mieux adapté tant sur l’aspect fonctionnel que budgétaire à l’entreprise.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Survie aux Incidents IT

Guide de Survie aux Incidents IT

Découvrez le Top 100 des termes essentiels à une communication claire et précise lors d'un incident informatique. Classés en fonction des 5 phases du cycle de vie des incidents, ce guide de survie exclusif a été créé pour améliorer la communication de crise des équipes IT. Un Must Have !

Mobilité - Par Emmanuel Vinazza - Publié le 24 juin 2010