> Mobilité > Orange booste son réseau 3G+

Orange booste son réseau 3G+

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 05 décembre 2011
email

Le premier opérateur mobile français indique avoir « triplé » la vitesse de son réseau 3G+.

Une accélération rendue possible grâce à l’adoption de la norme HSPA+ à 42 Mégabits/s.

Selon l’entreprise, plus de 50 % de la population française est d’ores et déjà couverte, essentiellement dans les grandes agglomérations françaises (Ile de France, Grenoble, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice et Toulon). L’objectif est d’atteindre 60 % de couverture d’ici mi-2012 en ajoutant Bordeaux, Toulouse et Strasbourg à la liste, puis de poursuivre le déploiement jusqu’à atteindre l’ensemble du territoire début 2013.

« En débit maximal, un fichier de 10 Mo sera téléchargé en environ 3 secondes grâce à la norme HSPA+ 42 Mégabits/s alors qu’il fallait par exemple environ 8 secondes pour télécharger le même fichier en HSPDA 14,4 Mégabits/s », affirme Orange. À noter que le débit maximal est théorique et que l’accès au réseau 3G+ est conditionné à l’utilisation d’un téléphone compatible, ce qui n’est pas le cas de tous les terminaux à l’heure actuelle.

L’offre est par ailleurs cantonnée dans un premier temps aux forfaits pro d’Orange Business Services. Le forfait Business Everywhere Premier inclut cette connexion 3G+, le Wi-fi en illimité et 30 Mo de trafic Europe pour 60 euros par mois. Pour les autres forfaits de la gamme Business Everywhere, les abonnés devront payer 4 euros supplémentaires chaque mois s’ils souhaitent bénéficier du débit HSPA+.

La clé Huawei E372, compatible 42 Mégabits/s Dual Carrier sera également proposée même si aucune date n’a été précisée quant à sa disponibilité.

Plus d’informations : Orange
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 05 décembre 2011