> Tech > La sauvegarde : Assurance-vie de l’entreprise

La sauvegarde : Assurance-vie de l’entreprise

Tech - Par Luc d’Urso - Publié le 07 juin 2013
email

Au cours des deux dernières décennies la dépendance des entreprises à leur système informatique s’est considérablement accrue.

La sauvegarde : Assurance-vie de l’entreprise

Gestion commerciale, comptabilité, paie  … toute l’organisation de l’entreprise repose désormais sur l’informatique et l’essentiel des échanges entre collaborateurs, ou avec les tiers, s’effectue électroniquement par e-mail, message posté, SMS ou chat. Les données numériques produites ou recueillies  constituent un véritable patrimoine pour l’entreprise sans lequel il devient impossible de fonctionner.

Ce patrimoine est quotidiennement exposé à de nombreuses menaces : catastrophes naturelles, vols, cyber-criminalité, pannes de disques durs …  et ces dernières se sont significativement complexifiées avec l’avènement des terminaux mobiles connectés en haut débit.

En cas de sinistre, toute perte significative de données entraîne des conséquences dramatiques : interruption temporaire ou définitive d’activité, perte d’exploitation, image dégradée auprès des clients, responsabilité civile du dirigeant engagée … Négliger la sécurité du principal actif de sa société constitue une lourde faute de gestion.

Protéger son patrimoine numérique, une priorité

Toute organisation se doit d’inventorier régulièrement les documents, base de données et échanges d’information dont elle a impérativement besoin pour travailler et les applications utiles pour les exploiter. Ce capital doit être sauvegardé a minima une fois par jour et stocké à l’abri de tout sinistre potentiel.

L’essence même de la sauvegarde est la restauration

Bon nombre d’entreprises dotées d’un dispositif de sauvegarde obsolète, inefficient ou inadapté ont fait la triste expérience de leur incapacité à restaurer fichiers, bases de données ou messagerie après un sinistre. Oubliez l’idée d’un simple support de sauvegarde type clé USB, CD ou disque dur externe. Une restauration digne de ce nom passe nécessairement par un logiciel de sauvegarde exploitant des données stockées sur bandes, ou préférablement sur disques pour éliminer le risque de détérioration des supports.

Le choix d’un système de sauvegarde dépend de plusieurs facteurs

  • Type d’équipement hébergeant les données et applications à sauvegarder :

Serveurs physiques ou virtuels, postes fixes ou nomades. On optera ainsi volontiers pour une sauvegarde locale sur un NAS, ou mieux, sur une appliance pour un serveur afin de profiter du débit local et sauvegarder l’image système trop lourde pour une télésauvegarde. Pour les postes nomades, une sauvegarde dans le cloud fréquente lors des déplacements réduira le risque de perte des données récemment produites.

  • Volumétrie du patrimoine

Plus elle est importante, plus la sauvegarde locale s’impose pour garantir une restauration rapide. Au-delà de 100Go, oubliez le cloud !

  • Nombre de sites sur lesquels l’entreprise est implantée

Pour un site unique, on optera pour un système de sauvegarde durci ou une duplication des données vitales dans le cloud. Avec plusieurs sites, la réplication du dispositif de sauvegarde d’un site vers l’autre via internet devient possible ; et réciproquement. On parle alors de Cloud privé.

Dans tous les cas, optez pour une sauvegarde automatisée qui éliminera les risques d’erreur de manipulation, ou les actes malveillants. Enfin, et quelle que soit la solution retenue, veillez à ce que les données sauvegardées soient cryptées. La législation relative à la fuite de données personnelles (fichiers clients, bulletins de paie …) se renforce et les sanctions encourues s’alourdissent.

Téléchargez gratuitement cette ressource

L’optimisation réseau en 6 atouts clés

L’optimisation réseau en 6 atouts clés

Quelles sont les 6 atouts clés d'un réseau 100% cloud, évolutif et sécurisé ? Faites évoluer vos solutions IT d'entreprise, bénéficiez d’une infographie exclusive pour activer ces nouvelles solutions technologiques.

Tech - Par Luc d’Urso - Publié le 07 juin 2013