> Mobilité > Sauvegarde et restauration : 6 erreurs fréquentes

Sauvegarde et restauration : 6 erreurs fréquentes

Mobilité - Par Paul Robichaux - Publié le 24 juin 2010
email

Il n’y a rien de plus pénible que d’avoir besoin de restaurer des données à partir d’une sauvegarde, mais de ne pas pouvoir le faire, pour une raison ou une autre. En informatique, la majorité des utilisateurs font cette cruelle expérience un jour ou l’autre. Le désagrément est encore plus fort et plus fréquent pour les administrateurs responsables de volumes importants de données métier. Bien que les technologies de sauvegarde et de restauration aient progressé ces dernières années, vous les utilisez probablement uniquement en dernier recours. Lorsque tout le reste a échoué, vous essayez la restauration à partir des sauvegardes.Pour que cette alternative soit viable, vous devez être suffisant confiant dans la disponibilité et la lisibilité de vos données au moment où vous en aurez besoin. Toutefois, les administrateurs Exchange commettent plusieurs erreurs courantes qui entravent le bon déroulement de leurs opérations de sauvegarde et de restauration.

Sauvegarde et restauration : 6 erreurs fréquentes

Les deux méthodes de base pour la sauvegarde des données Exchange sont les suivantes : en ligne et en mode hors connexion. L’approche en ligne utilise une interface Microsoft (telle que ESE (Extensible Storage Engine), les API de sauvegarde ou le service Microsoft VSS (Volume Shadow Copy Service)) pour copier les données Exchange sélectionnées pendant l’exécution des services Exchange et alors que la base de données cible est montée et active. Les API fournies pour Exchange sauvegardent les journaux des transactions et les tronquent si cela s’avère nécessaire.

Les sauvegardes en mode hors connexion copient les fichiers de base de données et les fichiers journaux Exchange lorsque la base de données n’est pas montée. Certaines solutions affirment copier les données Exchange sans recourir aux API de Microsoft, mais également sans démonter les bases de données. L’article Microsoft « XADM: Hot Split Snapshot Backups of Exchange » explique que Microsoft considère ces sauvegardes comme étant en mode hors connexion.

L’exécution de sauvegardes en ligne est préférable pour les opérations de production type car elles capturent une copie cohérente des bases de données Exchange sans interrompre les accès utilisateurs. Néanmoins, les sauvegardes en mode hors connexion sont utiles dans certaines situations. Par exemple, l’exécution d’une sauvegarde complète de votre base de données et des journaux Exchange dans ce mode est une idée judicieuse avant d’installer un Service Pack Windows ou Exchange, ou encore avant d’effectuer une mise à niveau « lourde » de la base de données vers un autre serveur. Bien que la création de sauvegardes en mode hors connexion soit plus longue que la création de sauvegardes en ligne, de nombreux administrateurs préfèrent le surcroît de sécurité d’une sauvegarde périodique en mode hors connexion venant compléter les sauvegardes de production de routine.

Téléchargez gratuitement cette ressource

5 leviers d’évolution Agile

5 leviers d’évolution Agile

Dans ce livre blanc, nous vous expliquons comment déterminer où vous en êtes dans votre parcours Agile, nous vous présentons les méthodes et les outils Atlassian pour soutenir Agile à grande échelle. Découvrez les bonnes pratiques et des conseils experts pour optimiser votre démarche Agile.

Mobilité - Par Paul Robichaux - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT