> Tech > Supervision applicative

Supervision applicative

Tech - Par iTPro - Publié le 16 janvier 2013
email

Après l’acquisition d’AVIcode en 2010, Microsoft a décidé d’intégrer la technologie AVIcode dans Operations Manager afin d’étendre les possibilités de supervision des applications .NET sur IIS7.

Supervision d’applications .NET (APM)

Les fonctions de supervision .NET sont intégrées nativement dans Operations Manager 2012. Pour les utiliser, il faut d’abord découvrir les composants Web (Site, Application Pool, application) et donc, importer le pack d’administration IIS7.

L’architecture

Les composants d’APM sont complètement intégrés aux composants de l’infrastructure Operations Manager 2012. Ils utilisent les mêmes bases de données, le même canal de communication et le même agent.

Côté client

Lors du déploiement d’un agent Operations Manager, un nouveau service « System Center Management APM » est déployé. Tout comme l’agent ACS , il est désactivé par défaut et sera automatiquement activé dès qu’une application sera ajoutée à la supervision.

Ce qui est supervisé

Operations Manager 2007 permet d’utiliser des transactions pour émettre des requêtes HTTP depuis des postes témoins. Cela permet, par exemple,  de mesurer le temps de chargement d’une requête ou de mesurer la quantité d’octets transférés. En revanche, ce modèle ne permet pas de savoir à quel endroit du code se situe un problème de performance ou une erreur ni de déterminer si le problème est dû au côté client, au réseau ou au côté serveur.

Operations Manager 2012 va au-delà de cette supervision basée sur des transactions et permet d’analyser aussi bien le côté serveur que la partie exécutée par le navigateur Internet du client.

Optionnellement, il est possible de configurer l’agent APM pour qu’il ajoute du code JavaScript sur chaque page qui le permet de façon à améliorer la visibilité sur le comportement de l’application. Les pages incompatibles avec la supervision côté client seront identifiées par l’assistant de configuration et pourront être exclues. De la même façon, il est possible d’indiquer à Operations Manager d’exclure de l’analyse les requêtes en provenance de certaines adresses IP.

Pour superviser une application .NET, il faut juste lancer un assistant pour indiquer quels sont les composants à superviser ainsi que le SLA  de performance associé. On retrouve cet assistant dans la section Management Pack Templates.

Operations Manager 2012 va alors créer tous les objets de supervision ainsi qu’un groupe de vues associé à l’application. En cas de défaillance de l’application ou de dépassement du SLA, une alerte assortie d’un rapport précis va permettre de comprendre ou se situe le problème.

Operations Manager 2012 va aussi donner des indications sur les temps de chargement des objets selon leur nature.

Supervision d’application JEE

Mais Operations Manager 2012 ne se contente plus de superviser la plateforme applicative de Microsoft. Il permet maintenant de superviser des applications JEE. Operations Manager 2012 prend en charge plusieurs plateformes JEE. Dans la version Béta, seules sont prises en charge les plateformes JEE installées sur des serveurs Windows ainsi que JBoss 5 sur Linux Red Hat Enterprise 5.

Operations Manager 2012 propose deux niveaux de supervision. Le premier niveau (Basic Monitoring) permet de superviser la disponibilité des applications les principaux indicateurs de performance.

Le second niveau (Deep Monitoring) nécessite l’installation du JMXExtender. JMX est le standard JEE pour superviser les applications. Il fournit plus de détails sur les ressources utilisées et permet d’accéder à des informations spécifiques une application grâce à l’utilisation du standard MBeans.

Le déploiement du JMXExtender et l’activation du « Deep Monitoring » pour une application se font au moyen de tâches disponibles dans la console. Une fois la configuration effectuée, le Health Exploreur affiche les éléments supervisés.

Pour chaque application, il est aussi possible d’activer des moniteurs de performances :

–    Percentage of used heap memory / max heap memory.
–    Garbage collection count / sampling interval.
–    Time spent in garbage collection (msec) / sampling interval. 

Ces moniteurs sont désactivés par défaut, car les seuils à paramétrer dépendent de l’environnement.

Découverte et supervision des composants d’une application JEE

Pour aller plus loin dans l’analyse, il est possible d’activer la découverte des composants d’une application. Cela se fait de façon classique en utilisant des overrides.

Par exemple, pour un serveur Tomcat 6, il faut activer la découverte Java EE Tomcat Web Application Server 6.x Application Module Discovery for Servlets.
Operations Manager découvre et supervise alors les composants des applications.

Pour compléter, Operations Manager 2012 propose un assistant pour créer des moniteurs à trois états basés sur les mécanismes MBeans.

Comme on peut le voir, Operations Manager propose un outillage très complet pour superviser les applications. Cela s’ajoute au pack d’administration Windows Azure déjà disponible dans la version précédente.

Comme la supervision des applications .NET ou JEE s’intègre complètement à Operations Manager, il est bien sûr possible d’utiliser les rapports de disponibilité ou de publier des tableaux de bord de type SLA pour les applications supervisées.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : 10 Best Practices

Protection des Données : 10 Best Practices

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Tech - Par iTPro - Publié le 16 janvier 2013