Better Software avec Bechtle Software
> Mobilité > Vers un client Lync virtualisé

Vers un client Lync virtualisé

Mobilité - Par Laurent Teruin - Publié le 18 juillet 2013
email

La version Lync 2013 supporte désormais la virtualisation du client Lync.

Vers un client Lync virtualisé

La virtualisation des rôles serveurs sous certaines conditions techniques est quant à elle supportée depuis longtemps. Cependant, bon nombre d’entreprises ont opté pour la virtualisation du client et se trouvent ou plutôt se trouvaient dans l’impossibilité d’activer les fonctions voix. Si le client Lync de messagerie instantanée fonctionne dans un environnement client virtualisé les fonctions voix et vidéo en simultané ne fonctionnent pas correctement et de plus, ne sont pas supportées. Le tableau suivant, issu d’une documentation Microsoft, précise ce qui est supporté en environnement VDI.

Fonctionnalité

Full Desktop Remoting (VDI)

Presence

Supporté

Instant Messaging

Supporté

Desktop Sharing

Supporté

Application Sharing

Supporté

Sharing PowerPoint Presentations

Supporté

Sharing Whiteboards

Supporté

File Transfer

Supporté

Audio

Téléphone USB Redirigé lié

Recording

Non Supporté

Video

Non Supporté

Online Meetings

Supported [1]



[1] Communication modes for Online Meetings are limited by peer-to-peer communication modes supported for the specified architecture.  For example, if audio is not supported on the specified architecture, audio will not work in Online Meetings.

Pour avoir essayé de les mettre en place sur un environnement Citrix VDI, je peux témoigner que les fonctions combinées Voix Vidéo ne fonctionnent pas. Ou plutôt… ne fonctionnaient pas en environnement Citrix avant l’arrivée d’une solution Citrix complémentaire (voir ici).

Pour arriver à acheminer de façon correcte les flux média, la technologie Lync 2013 utilise désormais un concept de redirection du flux média qui est utilisé par deux modules, le client Lync et le module Lync VDI plug-in. Le premier s’exécutant au sein de la machine virtuelle  (Client Lync), le second (Lync VDI plug-in) s’exécutant directement sur le poste dit “client léger». C’est en fait un peu comme si vous aviez une partie du client Lync qui était déporté sur le poste client léger et l’autre s’exécutant sur le serveur d’infrastructure virtuelle.

La solution est originale et fonctionne, c’est également le pari technologique que Citrix a utilisé pour permettre via un plugin client le support de la voix et de la vidéo en environnement cette fois Lync 2010. Un récent chantier a permis de valider cette solution purement Citrix qui certes, modifie un peu l’interface d’appel Vidéo Voix, mais a le mérite de fonctionner tout à fait correctement. Côté support, et cela est tout à fait logique, puisque création Citrix, cette solution n’est pas supportée par Microsoft.

L’intérêt de recourir à ce module déporté, est de décharger le serveur du traitement  d’encodage et de codage du flux média et de facto réduire l’impact de charge sur les serveurs d’infrastructure. Ces deux modules  se connectant ensemble (Pairing) lors de la connexion de l’utilisateur.

La figure ci-dessous, issue des documentations Microsoft, précise le chemin des flux de communication relatif à ce genre d’implantation.

(((IMG6184)))

Comme vous l’aurez compris, la CPU du client léger sera donc mise à contribution pour le traitement du média ce qui impliquera nécessairement une vérification des puissances CPU des clients légers concernés, parfois insuffisantes pour pouvoir assurer un traitement vidéo correct. Les équipes Microsoft ont testé plusieurs périphériques comme le Wyse Z90DZ, R90L7 et X90M7 ainsi que quelques modèles HP.  Je ne serais pas étonné de voir apparaître bientôt une liste des machines certifiées supportant la déportation du traitement audio-vidéo. La solution Citrix en possède déjà une au demeurant.

Côté système d’exploitation concernant le VDI, à ce jour Microsoft supporte évidement les environnements les environnements virtualisés avec Hyper-V et Remote Desktop Service. Côté station de travail virtuelle, les systèmes d’exploitation supportés sont Windows 8, Windows 7 et Windows Server R2. Côté client léger, les stations de travail doivent impérativement utiliser une version Windows 7 embedded Standard SP1 ou Windows 8 Release Preview.

Afin que les opérations d’association entre le client Lync et le plugin Lync s’exécutant sur le client léger,  puissent s’établir, il faudra également assurer une concordance des plateformes 32 bit ou 64 bit. Autrement dit, l’association entre un client lync s exécutant dans une machine virtuelle en mode 32 bit doit s’établir impérativement avec un pluging 32 bit s exécutant au sein du client léger. Cependant et heureusement, les systèmes d’exploitation peuvent quant à eux diverger. Le client léger pouvant lui fonctionner par conséquent en 64 bit tout en exécutant un plugin 32 bit. Le plus pouvant le moins, l’utilisation du 64 bit devrait en tout logique se généraliser.

Enfin, la couche logicielle des services de bureau à distance (Remote Desktop Services) devra être la même sur le client léger et la machine virtuelle.

Une fois ces prérequis validés, il faudra configurer l’environnement des services de bureau à distance afin de rediriger l’audio  (EnableMediaRedirection) vers la machine virtuelle et désactiver les possibilités d’enregistrement à distance. Pensez également à désactiver la protection d’écriture sur l’environnement client léger lorsque vous procéderez à l’installation du Module Lync VDI Plug-In.

Techniquement cette solution est rendue possible par l’ajout de nouvelles fonctionnalités au sein des services de bureaux à distance qui permettent l’établissement de canaux dynamiques (Dynamic Virtual Channels – DVCs,)  de communication et leurs usages via  la présence d’API. Le module Lync VDI va donc pouvoir fonctionner grâce à ses fonctions sur des plates-formes de type Windows 7, Windows 8, (Embeded ou non), ainsi que sur Windows Thin Client. Le choix de l’usage d’API va donc permettre la portabilité de cette technologie vers d’autre part forme virtuelle comme les plates-formes de virtualisation Citrix ou Vmware.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Comment aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Une véritable révolution qui se prépare progressivement... les entreprises doivent veiller à ne pas rester à l’écart et se faire prendre de vitesse. Tout comme la mobilité ou encore le cloud, la blockchain est une composante essentielle de la transformation numérique. Découvrez, dans ce dossier, comment aborder, comprendre et démarrer la Blockchain

Mobilité - Par Laurent Teruin - Publié le 18 juillet 2013