> Enjeux IT > La dette technique angoisse les entreprises

La dette technique angoisse les entreprises

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 17 juin 2021
email

La dette technique serait l’une des plus grandes menaces pour l’innovation, 69 % des responsables IT en sont convaincus.

La dette technique angoisse les entreprises

Les entreprises consacrent aujourd’hui près d’un tiers de leur budget informatique à la dette technique.

La menace de la dette technique

La dette technique, perçue comme un frein à l’innovation et à la reprise, demande une nouvelle approche.« La combinaison d’un code ancien avec la nouvelle génération d’applications mobiles, d’applications en stack et l’étalement du SaaS prive les organisations de ressources, de temps et de la capacité d’innover » commente Paulo Rosado, CEO et fondateur d’OutSystems.

La dette technique est un choix de conception ou développement technique fait pour un bénéfice à court terme avec des conséquences à long terme. Cela résulte du développement de solutions mises en œuvre rapidement pour maximiser la vitesse, plutôt que d’optimiser pour l’avenir.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Cloud Privé Hébergé

Guide de Cloud Privé Hébergé

Comment permettre aux entreprises de se focaliser sur leur cœur de métier, de gagner en agilité, réactivité et résilience en s’appuyant sur un socle informatique performant, évolutif et sécurisé ? Découvrez les avantages des solutions de Cloud Privé hébergé de la CPEM.

Capacité d’innovation & Performances

La dette technique a un impact non négligeable sur de nombreux points. Elle pose une limite à la capacité d’innovation et pèse sur les performances de l’entreprise.

Toutefois, les entreprises ont un coût d’opportunité si elles consacrent plus de temps, d’argent et d’autres ressources à la dette technique au lieu d’innover.

En moyenne, les entreprises consacrent environ un tiers de leur budget informatique au règlement de la dette technique.

Quelles sont les causes à la dette technique ? Les causes sont multiples, outre la pression exercée pour respecter les délais, l’évolution du marché et les technologies obsolètes, on relève :

  • un trop grand nombre de langages de développement et de cadres – 52 %
  • la rotation au sein de l’équipe de développement – 49 %
  • l’acceptation de défauts connus pour respecter les délais de publication – 43 %

Seuls 20 % gèrent bien la dette technique aujourd’hui, et 36 % seront en mesure de la gérer à l’avenir. 

 

Source OutSystems & Lucid  – The Growing Threat of Technical Debt -  500 responsables informatiques – Mai 2021 –  États-Unis, Australie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Portugal, Inde, Brésil, Émirats Arabes Unis, Singapour

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 17 juin 2021