> Tech > La transition commence

La transition commence

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Avec la série AS/400e et la V4R1, en 1997, IBM a commencé à  modifier complètement la structure des I/O de l'AS/400. Le bus SPD et les adaptateurs d'I/O SPD étaient appelés à  disparaître. On les remplacerait par un nouveau bus d'I/O système appelé bus RIO (Remote I/O) et quelques nouveaux

La transition commence

adaptateurs. En même temps, le bus PCI
(Peripheral Component Interface) standard est devenu le mode d’interconnexion
standard entre les composants I/O de l’AS/400.

Plutôt que d’effectuer un changement total à  ce stade et d’éliminer immédiatement
le bus SPD et tous les adaptateurs d’I/O SPD, il a été décidé d’étaler les modifications
sur quatre versions. Cela permettrait aux clients qui souhaitaient migrer sur
les nouvelles série-e, de transférer bon nombre de leurs cartes adaptateurs d’I/O
SPD sur le nouveau système. Tandis que les nouveaux clients adopteraient probablement
les nouveaux adaptateurs PCI. Comme nous devions assurer le support pour les deux
modèles de cartes adaptateurs SPD et PCI pour les quelques prochaines versions,
nous avons créé une structure d’I/O transitoire.

Nous n’avons pas décidé simplement de façon arbitraire de modifier la structure
d’I/O de l’AS/400. Dès le milieu des années 1990, nous avons compris que les clients
ne cesseraient de demander l’accélération des processeurs, des unités d’I/O et
des réseaux d’interconnexion. Pour nous préparer à  des bus Fibre Channel de 1-2
gigabits/s et Ethernet à  1-2 gigabits/s, il fallait augmenter les largeurs de
bande de nos bus bien au-delà  des possibilités du bus SPD. Nous avons donc commencé
à  développer un nouveau bus ultra-rapide, qui nous projetterait de nombreuses
années en avant.

Le résultat de ce travail est le bus RIO. Le RIO est constitué d’une paire de
bus point à  point unidirectionnels d’une largeur d’un octet, contenant chacun
huit lignes de données, une ligne d’horloge et une ligne de flag. Le bus RIO de
première génération peut transférer des données à  des vitesses de 250 à  500 Mo/s
(contre 25 à  36 Mo/s seulement pour le bus SPD). La deuxième génération de RIO
est capable de transférer à  des vitesses de 500 à  1000 Mo/s et une troisième génération
double ce débit. A l’instar du bus SPD, le RIO est un bus orienté paquets avec
des tailles de paquets allant de 12 à  276 octets (0 à  260 octets de données plus
un en-tête de 8 ou 12 octets et une queue CRC de 4 octets).

La figure 2 illustre la structure d’I/O transitoire supportant les deux adaptateurs
SPD et PCI. Le bus RIO de première génération remplace le bus SPD comme bus d’interface
système et deux nouveaux composants ont été ajoutés : le hub d’I/O et le pont
de commutation d’I/O. Le hub d’I/O est chargé de convertir les signaux du bus
mémoire système ultra-rapide pour les envoyer à  un bus RIO unique. Comme le bus
RIO est un bus point à  point et qu’on ne peut pas lui attacher des IOP multiples,
on utilise un pont de commutation pour reconvertir le bus RIO en un bus convenant
mieux à  un environnement multipoint. Dans ce cas, le pont de commutation d’I/O
convertit les signaux du bus RIO vers le bus SPD.

Au stade de la V4R1, un seul bus RIO avec un hub et un pont a été implémenté dans
l’unité système. Quand une unité d’extension d’I/O, appelée sidecar, a été utilisée,
un second bus RIO a été mis en oeuvre avec son hub dans l’unité système et un pont
dans le sidecar. C’était la première utilisation de RIO comme mécanisme d’interconnexion
système. Ce n’était pas la dernière.

Les IOP utilisent désormais des processeurs PowerPC

Une autre modification importante pendant cette période de transition concerne
les IOP. A partir de la V4R1, tous les nouveaux IOP ont été conçus de manière
à  présenter une structure plus uniforme. Les IOP utilisent désormais des processeurs
PowerPC. Plus précisément, ils utilisent la famille 603 et 740, 32 bits de processeurs
PowerPC. Contrairement à  la plupart des IOP antérieurs, ces nouveaux modèles acceptent
l’attachement de multiples IOA. Il arrive même que l’on n’utilise qu’un IOA, l’IOP
étant alors facultatif.

Avant la V4R1, les bus internes des IOP étaient basés soit sur le bus Motorola
68000, le bus Intel 960, l’IBM Micro Channel, soit sur l’architecture de bus média
magnétique IBM propriétaire. Depuis la V4R1, tous les nouveaux IOP n’utilisent
que le bus PCI.
L’histoire des nouveaux IOA ressemble beaucoup à  celle des IOP. Le bus PCI est
désormais privilégié pour tous les IOA. Le packaging a lui aussi changé : on est
passé du modèle  » book  » SPD avec cartes-filles, au PCI. Ces changements visent
à  permettre l’utilisation de technologies standards et de pièces communes à  d’autres
systèmes IBM.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Détournement d’applications légitimes, élévation de privilèges, logiciels malveillants furtifs : comment les solutions de Endpoint Security permettent elles de faire face aux nouvelles techniques d'attaques complexes ? Découvrez, dans ce Guide Endpoint Security, les perspectives associées à leur mise en œuvre.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010