> Tech > Les réglementations SOX et HIPPA n’imposent-elles pas de garantir la protection, la sécurité et la confidentialité des données ?

Les réglementations SOX et HIPPA n’imposent-elles pas de garantir la protection, la sécurité et la confidentialité des données ?

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Oui, tout à fait. Mais elles ressemblent de plus en plus à un train emballé. En d’autres termes, les règles changent pratiquement tous les jours et il faut sans cesse ajouter des rails, mais d’un autre côté personne ne peut vraiment dire à quel moment le train arrivera à destination.

Les réglementations SOX et HIPPA n’imposent-elles pas de garantir la protection, la sécurité et la confidentialité des données ?

Par exemple, les réglementations HIPPA exigent désormais des sociétés de ce secteur qu’elles conservent les informations pendant au moins 70 ans, autrement dit potentiellement sur toute la durée de vie d’un patient. L’approche SOX, quant à elle, constitue une réglementation extrêmement dynamique qui s’apparente au cadre légal mis en place avec les règles de constatation des revenus informatiques de 1997. Comme ces lois seront obsolètes dans les 4 ou 5 prochaines années, je pense que nous allons voir apparaître une pléthore de stratégies, procédures et méthodes de collecte des données améliorées, ainsi que des évolutions personnelles dans la séparation des procédures de contrôle et de contrepoids entre ces responsabilités. Ces évolutions procédurales auront non seulement une incidence sur l’informatique de l’entreprise, mais aussi sur les opérations.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Services Cloud Managés

Guide de Services Cloud Managés

Accélérer votre transformation digitale, protéger et sécuriser vos environnements Cloud avec les offres de support, d'accompagnement et de services managés. Découvrez le TOP 3 des Services Managés pour accompagner la transformation de vos environnements Cloud, gagner en agilité et en sécurité dans un monde d'incertitudes.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010