> Mobilité > Les réelles économies du BYOD…

Les réelles économies du BYOD…

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 21 juillet 2014
email

La mobilité des nouvelles technologies, des smartphones et tablettes, est une tendance apportée par les utilisateurs eux-mêmes et non par la DSI.

Les réelles économies du BYOD…

Alors, comment doivent réagir les DSI face à cette mise au fait ? Frédéric Pierresteguy, Directeur Général pour la zone EMEA Sud chez LANDESK met en lumière les résultats d’une étude réalisée fin 2013 auprès de 3000 responsables d’entreprise au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. La prolifération des périphériques modifie-t-elle profondément la vie des collaborateurs ?

(((IMG7032)))
Frédéric Pierresteguy, Landesk.

Un nouveau concept de licences

Avec le progrès des nouvelles technologies autour de la mobilité, la DSI doit faire face à ce défi afin d’éviter de futurs problèmes. En effet, les technologies sont, non seulement, apportées par l’utilisateur mais ce sont des technologies de pointe. L’utilisateur averti, et notamment la nouvelle génération, entre dans l’entreprise avec sa propre technologie maîtrisée, il devient beaucoup plus productif, plus réactif, contrôle ainsi mieux son lieu de travail, apporte en même temps la confiance et les compétences nécessaires.

Les entreprises semblent être passées d’une phase de réflexion et d’intérêt pour la mobilité à une phase de déploiement en 2014. Les utilisateurs accèdent aux données de l’entreprise grâce à leurs nouveaux périphériques mobiles, la DSI ne peut les ignorer, elle doit les gérer et s’assurer de leur sécurité.

Elle doit disposer d’une réelle visibilité de tous les périphériques et de leur prise en charge à des coûts raisonnables. LANDESK propose ainsi un nouveau concept de licences par utilisateur. « Le temps des licences par périphérique est révolu, aujourd’hui, on se focalise sur l’utilisateur » précise Frédéric Pierresteguy. L’informatique est résolument orientée utilisateurs, les DSI ont le contrôle quelle que soit la prolifération des devices mobiles.

Les entreprises réalisent ainsi des économies doubles à la fois sur le matériel mobile et n’investissent plus sur les licences par périphérique. Aujourd’hui, les coûts de gestion des ordinateurs et périphériques est constant. Le budget de la Direction Informatique se trouve ainsi bien délimité auprès de la Direction Générale. Le point fort de LANDESK est de fournir des solutions agnostiques et supporter toutes les solutions (Windows, Apple, Linux…). La sécurité s’en suit (Mobile Email Management), sécurisation des emails d’entreprise et des pièces jointes.

« Désormais, on s’adresse au contenu et on sécurise l’email » commente Frédéric Pierresteguy. Et d’ajouter « les entreprises françaises sont en train de changer, conscientes du BYOD, elles s’y intéressent réellement, d’un sujet de discussion, elles passent à un sujet de déploiement pour optimiser leurs coûts et être conformes avec les valeurs énergétiques ».

L’étude BYOD en détail

Selon cette étude, le BYOD ferait économiser aux entreprises européennes environ 180 000 euros sur 5 ans pour les entreprises de 500 utilisateurs. Un chiffre impressionnant ! 81 % des entreprises autorisent le BYOD… « Le BYOD est désormais très mature » souligne Frédéric Pierresteguy. La prolifération des périphériques modifient incontestablement la vie personnelle et professionnelle des collaborateurs. Et ce n’est que le début… même si seulement 15 % du personnel adopte l’approche CYOD (Choose Your Own Device). Passer rapidement du monde du travail au monde personnel sur un même device offre un gain de temps considérable et une grande fluidité.

La prolifération des périphériques change le mode de fonctionnement des utilisateurs et des entreprises. Chacun y voit indéniablement un intérêt : financier et économique pour l’entreprise ; pour l’utilisateur, travailler avec son device, est un élément clé pour sa productivité.

Les collaborateurs souhaitent utiliser des périphériques attrayants, qu’ils maîtrisent parfaitement. L’étude avance ce chiffre, environ 40 % des smartphones apportés par les utilisateurs sont des devices de haute technologie avec un coût élevé (600 euros), modèles qu’un tiers des collaborateurs n’hésitent pas à acheter eux-mêmes. La Direction Informatique ferait donc d’importantes économies sur son budget. Par ailleurs, on note des chiffres encourageants, moins de 10 % de ces périphériques ne sont pas sécurisés. Et des chiffres révélant des résultats variés d’un pays à l’autre : 36 % des utilisateurs français se chargent personnellement des licences et de la conformité, contre 27 % des utilisateurs au Royaume-Uni. Le BYOD sécurisé et contrôlé serait-il en bonne voie ?

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Quel est l'état de l'art des solutions de Endpoint Security et les perspectives associées à leur utilisation ? Comment garantir la sécurité des environnements sensibles en bloquant au plus tôt les cyber attaques sophistiquées, avant qu’elles n'impactent durablement vos environnements de travail ?

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 21 juillet 2014