> Mobilité > Windows PowerShell pour Exchange

Windows PowerShell pour Exchange

Mobilité - Par Arnaud Alcabez et Grégory Schiro - Publié le 24 juin 2010
email

Windows PowerShell a déjà 4 ans ! En Octobre 2004, Jeffrey Snover enregistrait ses premières présentations publiques sur Channel 9. En Avril 2006, c’était le tour du blog Windows PowerShell d’être inauguré.

Il semblerait que l’évangélisation et l’adoption par la communauté IT fût une réussite, puisqu’en Novembre 2007, Windows PowerShell a été intégré au Common Engineering Criteria (CEC) 2009. En d’autres termes, tout produit serveur commercialisé à partir de Juillet 2008 devra intégrer le support de Windows PowerShell.

 

Contenu complémentaire :

Windows PowerShell et Exchange Management Shell

Windows PowerShell pour Exchange

A ce jour, ce composant a largement dépassé les frontières de Seattle, puisque la plupart des éditeurs de logiciels tirant parti du socle Windows (pour exemple : Citrix, VMware, Quest Software, …) l’ont incorporé à leurs solutions. Dans un style un peu différent existe le projet Pash (une ré-implémentation de Windows PowerShell en Open Source sur Mono), piloté par Igor Moonchnick, qui devrait permettre à terme d’étendre le scripting aux plateformes Macintosh, Linux, Solaris, Windows CE et Windows Mobile.

Toutefois, maîtriser Windows PowerShell et tirer parti du meilleur de ce moteur est encore une tâche ardue pour les administrateurs, bien qu’il existe trois bons ouvrages de référence en français, dont celui d’Arnaud Petitjean et de Robin Lemesle qui animent également la communauté PowerShell Scripting.

Don Jones, un des meilleurs spécialistes du scripting chez Sapien Technologies et que vous pourrez retrouver sur http://www. scriptinganswers.com/, donne « la » bonne pratique qui risquent d’en rebuter certains : « je recommande aux administrateurs d’établir un calendrier des applets de commande du jour pour eux-mêmes, comparable à un calendrier des mots du jour que l’on peut acheter. Ensuite, chaque matin (excepté le week-end car il faut bien qu’ils se reposent), ils peuvent passer quelques minutes à se familiariser avec les fonctionnalités complètes d’une applet de commande.

Windows PowerShell est vendu avec environ 130 applets de commande, ce qui vous permet d’apprendre à connaître pratiquement toutes ses fonctionnalités en six mois environ, si vous respectez ce calendrier. Vous serez alors prêt à gérer toutes les applets de commande d’Exchange Server 2007 ». Si cette méthode pragmatique est parfaite pour une approche académique de Windows PowerShell, et m’a permis de faire de nombreuses cmdlets me permettant manipuler plus rapidement Exchange Server, soit parce qu’il n’y avait aucun autre moyen de réaliser la tâche, soit parce que j’avais à répéter l’opération de nombreuses fois, elle n’a rempli que partiellement les objectifs que je m’étais fixé : Me servir de Windows PowerShell pour « connecter et faire fonctionner ensemble » Exchange Server et les autres composants de l’offre Microsoft.

Ceci jusqu’à ma rencontre avec Grégory Schiro, avec lequel je co-écrirerai cette série d’articles sur Exchange Management Shell. Grégory est quelqu’un d’exceptionnel. Il dispose d’une acuité globale sur la totalité de la plateforme serveurs de Microsoft (SQL, SCOM, Exchange, AD, …), ce qui lui permet de manipuler avec Windows PowerShell les différents composants logiciels, et de jouer avec eux aussi simplement que s’il s’agissait de briques de Lego.

Grâce à lui, vous découvrirez au fil de ces sept numéros comment utiliser au mieux cet environnement, de manière pédagogique, en 4 parties : Découverte de PowerShell pour Exchange, Gérer les rôles serveurs avec PowerShell, Gérer les fonctionnalités avec PowerShell et enfin Programmer avec PowerShell. Si je peux vous donner un dernier petit conseil : Ne ratez pas les prochains numéros d’Exchange Magazine ! Je garantis que vous surprendrez vos collègues par votre maîtrise de Windows PowerShell à la fin de cette série.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Mobilité - Par Arnaud Alcabez et Grégory Schiro - Publié le 24 juin 2010