> Mobilité > Comment maîtriser le droit à la déconnexion

Comment maîtriser le droit à la déconnexion

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 06 juillet 2017
email

Face à l’ultra-connexion, la sensibilisation ne suffit généralement pas pour amener les salariés à se conformer au droit à la déconnexion mis en place dans le cadre de la Loi Travail. Véritable outil d’accompagnement, Promodag Reports aide les entreprises à protéger leurs salariés.

Comment maîtriser le droit à la déconnexion

Dans un monde ultra-connecté et de plus en plus régi par l’immédiateté, la déconnexion n’est pas une option. Week-end, soirées, congés… un nombre croissant de salariés ne se déconnecte jamais complètement. On travaille de partout et n’importe quand, pour faire face à la pression sociale et aux défis de l’instantanéité. Au passage, la frontière entre vie professionnelle et vie privée vole en éclat.

Selon différentes études, plus des trois quarts des salariés français admettent regarder leur mail en dehors des heures de travail. Et ils sont presque autant à avoir conscience de nuire ainsi à leur vie familiale. Certains subissent des pressions de leur entreprise mais, pour beaucoup, il s’agit surtout d’une habitude d’autant plus ancrée qu’avec l’essor du smartphone, ils n’ont même plus besoin d’ordinateur pour accéder à leur messagerie de n’importe où.

 

Création d’un « droit à la déconnexion »

Source de stress, parfois même d’épuisement professionnel, cette connexion permanente est devenue tellement préoccupante que nos législateurs ont estimé nécessaire de légiférer afin de protéger les salariés. Intégré à la loi du 8 août 2016, dite « loi Travail », l’article L2242-8 introduit un droit à la déconnexion. 

En pratique, les partenaires sociaux sont dans l’obligation depuis le 1er janvier 2017 d’aborder ce thème afin de trouver des solutions pour réguler l’utilisation des outils numériques. À défaut d’accord, l’employeur est tenu d’élaborer une charte après avis du comité d’entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel. Cette charte définit les modalités de mise en conformité avec la loi. Elle doit également prévoir des actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques.

Dans les faits, de nombreuses entreprises comme Areva, Axa France, La Poste ou encore Orange n’ont pas attendu la loi pour prendre des mesures. Un grand constructeur automobile applique depuis 2011 une trêve quotidienne de mails : les serveurs sont mis en veille à 18h15 (fin officielle de la journée) jusqu’à 7h le lendemain matin, aucun courrier n’étant transmis pendant cette période. Certaines vont même jusqu’à éteindre les lumières à une heure précise pour « sonner la fin de la journée ». Si les mesures semblent draconiennes, c’est parce que le problème est loin d’être simple.

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

Migrer une partie des services d’un système d’information vers Office 365 s’inscrit dans une démarche plutôt moderne. Mais elle va impliquer un certain nombre de changements majeurs qui bien souvent ne sont pas pris en compte lors de la décision d’acquisition du service, découvrez nos 6 recommandations clés !

Combattre l’infobésité

À l’heure de la mondialisation et d’Internet, quand une journée de travail finit en France, elle commence dans certains recoins des États-Unis. Et il n’est pas question de passer à côté d’une opportunité sous prétexte de ne plus consulter ses mails après 18h…

Quand l’entreprise doit faire face aux impératifs de compétitivité et d’économie mondialisée, l’employeur n’hésite pas à faire appel aux sens des responsabilités et à l’autonomie de ses cadres pour décider s’ils doivent ou non consulter leurs courriers pendant les temps de repos. De leur côté, les salariés, et plus particulièrement les cadres, ont développé une culture de la « servitude volontaire » : premiers arrivés le matin, derniers partis le soir, premiers à répondre à un mail. Cette connexion permanente a même parfois un côté addictif : arrêter de regarder ses mails, c’est comme arrêter de fumer.

En d’autres termes, le numérique introduit de nouveaux moyens de fonctionnement de l’entreprise et si certains employeurs ont besoin d’être rappelés à l’ordre avec une loi, une grande majorité est d’autant plus concernée par l’infobésité de leurs salariés qu’elle est souvent contre-productive.

Au-delà de la surcharge informationnelle et communicationnelle, elle engendre du stress, un sentiment de fatigue et peut même conduire à des risques psychosociaux.

 

Accompagner avec des outils adaptés

Quelles que soient les modalités retenues par les entreprises pour protéger leurs salariés et se conformer à la loi, la solution passe bien entendu par la sensibilisation, avec des dirigeants qui donnent l’exemple.

Mais comment protéger les salariées d’eux même et vérifier que les règles mises en place sont bien respectées ?

Fondée il y a plus de 20 ans, Promodag n’a pas attendu la loi travail pour se pencher sur le problème. Société française spécialisée dans le reporting, elle propose une gamme complète d’outils pour analyser le trafic de la messagerie Exchange (serveurs internes ou Office 365) et automatiser la gestion de son utilisation.

Entièrement personnalisables, les 80 rapports prêts à l’emploi permettent d’avoir des vues globales sur les usages par service, par région, ville ou pays, par tranche horaire, etc.

Typiquement, avec Promodag Reports, l’entreprise peut savoir très exactement combien de messages ont été envoyés, quotidiennement, en dehors des heures de travail. Interfacé avec l’annuaire de l’entreprise, il permet aussi d’analyser les usages d’une population spécifique en utilisant les attributs de l’annuaire. Capable d’offrir des vues d’ensemble, Promodag Reports est, aussi, en mesure d’extraire des listes nominatives ou anonymes d’utilisateurs envoyant des courriers en dehors des heures de travail et, si nécessaire, de leur faire parvenir un courrier pour les sensibiliser aux bonnes pratiques de l’entreprise.

En d’autres termes, Promodag Reports permet de mieux comprendre les usages. Forte d’un inventaire à la fois global et précis, l’entreprise peut mieux identifier les problèmes, qu’il s’agisse d’un service confronté à des contraintes spécifiques ou d’un cadre récalcitrant qui refuse le sevrage…

Véritable outil d’accompagnement, Promodag Reports s’avère d’autant plus précieux qu’il sait aussi analyser le trafic de la messagerie sur plusieurs années et donc aider l’entreprise à mettre en place les bonnes règles en s’appuyant sur l’historique de ses salariés.

 

Mobilité - Par iTPro.fr - Publié le 06 juillet 2017