> Mobilité > F# dans l’entreprise : Pour une meilleure collaboration avec votre équipe de recherche

F# dans l’entreprise : Pour une meilleure collaboration avec votre équipe de recherche

Mobilité - Par Robert Pickering - Publié le 30 mars 2012
email

De nos jours, de plus en plus de professionnels ne se considèrent pas comme développeurs mais passent néanmoins une partie significative de leur temps à développer des logiciels d’analyse de données.

F# dans l’entreprise : Pour une meilleure collaboration avec votre équipe de recherche

Ce sont des chercheurs professionnels. Peut-être les plus connus d’entre eux sont les analystes quantitatifs, ou quants, qui travaillent dans le domaine de la finance en analysant les mouvements sur les marchés financiers ; bien d’autres professionnels, comme les actuaires, travaillant dans le domaine des assurances, ou bien des épidémiologistes qui travaillent dans le domaine de la santé publique, sont dans ce même cas de figure.

Pour développer leurs modèles statistiques, ils utiliser beaucoup d’outils différents. Souvent Microsoft Excel est leur outil de prédilection, mais des outils comme MatLab, Mathematica et R Langage sont aussi utilisés, chaque outil possédant ses avantages et inconvénients.

Avec la sortie de Visual Studio 2010, un nouveau langage fonctionnel, nommé F#, prend un essor important auprès des chercheurs professionnels comme outil de développement. Dans cet article, nous allons présenter ce qu’est F#, pourquoi ce langage devient très populaire auprès des chercheurs, et comment il est possible de l’utiliser pour avoir une meilleure intégration entre les équipes de recherche et de développement.

 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Global CISO Report 2021

Global CISO Report 2021

Les RSSI le disent, à l’heure des architectures Cloud-Natives, les approches traditionnelles en matière de sécurité des applications ne fonctionnent plus. Pourquoi l'automatisation de la sécurité des runtimes est essentielle pour le DevSecOps et la gestion des vulnérabilités ?

Mobilité - Par Robert Pickering - Publié le 30 mars 2012