> Tech > Optimisation des trames réseaux

Optimisation des trames réseaux

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Outlook 2003 dispose d’un buffer de données de 96Kb maximum. Quand le serveur Exchange 2003 prépare la trame de 96Kb à envoyer au client, il compresse le contenu de la trame. Or, après compression, la taille de la trame a significativement diminuée. Avant d’envoyer cette trame au client Outlook, Exchange

2003 ajoute de nouvelles données à la trame puis la compresse à nouveau et ainsi de suite jusqu’à ce que le buffer de 96Kb soit plein. Ce mécanisme permet de diminuer fortement les échanges de trames entre le client et le serveur ce qui participe à la diminution du trafic sur le lien réseau.
br> Le tableau 1 donne la taille du buffer lorsque Outlook 2002 est utilisé avec Exchange 2003 ou Exchange 2003. Le tableau 2 donne le même type d’information pour Outlook 2003 utilisé avec Exchange 2003

Comparaisons du trafic des clients MAPI
Quel format de message ?

Outlook peut être paramétré pour envoyer les messages au format « Texte Brut », « HTML » ou « RTF ». Le format « HTML » était particulièrement consommateur de bande passante lorsqu’il était utilisé avec les versions précédentes ce qui expliquait l’utilisation du format « RTF » par défaut. Le graphique (figure 2) montre un exemple de trafic généré par la lecture de message sous différents formats avec Outlook 2000.

Le graphique (figure 2) se passe de longs discours : sous Outlook 2000, l’utilisation du format « HTML » était à bannir. Sous Outlook 2003, le traitement du format « HTML » a été fortement amélioré. Ce qui explique qu’Outlook 2003 est la première version à utiliser par défaut le format « HTML ». Le graphique (figure 3) compare le trafic généré par les mêmes messages lus précédemment avec Outlook 2000, mais cette fois-ci, avec Outlook 2003

On constate que les formats « HTML » et « Texte brut » sont très proches. Cependant, le format « Texte brut » étant particulièrement pauvre en ce qui concerne la mise en page des messages, nous vous conseillons donc de garder le format « HTML ».

En comparant les deux graphiques (figures 2 et 3), vous pouvez également constater que, quelque soit le format utilisé, le trafic généré avec Outlook 2003 est inférieur. Ceci est dû au nouveau mode de compression évoqué en début d’article (voir graphique comparant l’ensemble des modes d’Outlook, plus loin dans cet article).

Faut-il activer le mode cache d’Outlook 2003 ?

Le trafic généré lors de l’utilisation ou non du mode cache d’Outlook 2003 est très proche. Les différences se situent au niveau :

  • de l’envoi des messages : quand un message est envoyé du client vers le serveur, le message transite par le cache d’Outlook 2003. Il apparaît immédiatement dans le dossier des éléments envoyés. Or, le principe du mode cache est de synchroniser le contenu de la boîte aux lettres stockée sur le serveur avec le contenu du cache. Par conséquent, le message envoyé génère un double trafic sur le réseau :
    • un premier lié à l’envoi réel du message vers le serveur,
    • un second lié à la synchronisation de message stocké dans le dossier des éléments envoyés du cache avec le même dossier de la boîte aux lettres stockée sur le serveur.

    La conclusion rapide à la lecture de ce paragraphe est d’en conclure qu’Outlook 2003 en mode cache génère deux fois plus de trafic qu’Outlook 2003 sans le mode cache. C’est vrai si l’on se limite aux envois de messages. Mais l’utilisation d’une messagerie ne consiste pas uniquement à envoyer des messages, mais également à les stocker, les organiser et surtout les lire souvent plusieurs fois. Quoi qu’il en soit, pour l’opération d’envoi de message, Outlook 2003 même avec le cache activé, ne génère pas beaucoup plus de trafic que les versions précédentes d’Outlook puisque le trafic est compressé avec un ratio moyen de 40%.

  • de la relecture des messages: la relecture de messages déjà lus ne génère aucun trafic supplémentaire sur le réseau car les messages sont déjà dans le cache d’Outlook 2003.
  • de la navigation entre les différentes vues, options et écrans du client : aucun trafic n’est généré lors du passage d’un dossier à un autre puisque l’ensemble des messages des dossiers sont dans le cache. La navigation n’est donc qu’une simple visualisation de données locales.

Au regard de ces différences, il faut reconnaître qu’il est difficile de se faire une idée précise du gain global lié à l’utilisation du cache d’Outlook 2003 car suivant les opérations effectuées, on génère plus ou moins de trafic en fonction du mode utilisé. Les deux graphiques (figures 4 et 5) montrent cependant qu’il reste évident que le gain lié à l’utilisation d’Outlook 2003 en comparaison des versions précédentes est important, quelque soit le mode Outlook 2003 utilisé.

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010