> Mobilité > Pourquoi Kofax dit adieu au hardware

Pourquoi Kofax dit adieu au hardware

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 24 mars 2011
email

Sur le marché depuis 20 ans, Kofax était à ses débuts spécialiste de technologies de scan.

A cette époque, un document était un morceau de papier. Aujourd’hui, les choses ont bien changé.

Pourquoi Kofax dit adieu au hardware

Mails, PDF, SMS ou MMS entrent en jeu aux côtés du papier. Et il faut gérer la globalité de ses sources. Après ces deux décennies d’existence, Kofax a donc décidé de prendre un virage stratégique en délaissant le hardware. Ses activités sur le segment matériel ont en effet été vendues en début d’année à la société Hanover Finanz, fonds d’investissement privé basé en Allemagne et portent aujourd’hui le nom de Dicom.

Que fait donc Kofax désormais ? La société s’est naturellement concentrée sur son offre logicielle. « Nous capturons l’information, nous la transformons et nous l’intégrons directement dans les processus business de nos clients, qu’il s’agisse d’un système bancaire ou d’assurance, d’un ERP type SAP ou Microsoft, ou d’un CRM », explique Thomas Senger, Senior Vice President, EMEA software, de l’entreprise basée à Francfort.

Les solutions Kofax servent en effet à automatiser les flux d’informations dans une entreprise. « Même le meilleur employé du monde peut faire une erreur lorsqu’il saisit des données toute la journée. L’automatisation de la manipulation n’augmente pas seulement l’efficacité, mais rend le processus beaucoup plus sécurisé et diminue les coûts », ajoute Thomas Senger.

L’outil de capture, Enterprise Capture Platform, a récemment connu une refonte importante avec l’ajout de nouveaux workflows, d’indicateurs de performance et surtout la prise en charge automatique des mails et des fax. Les modules de la solution KTM (Kofax Transformation Modules) permettent quant à eux de convertir tout type de documents sur une plateforme unique afin de les intégrer au système automatiquement. « Notre logiciel Kofax Front Office Server génère de plus en plus de projets », ajoute le vice-président. KFS est un serveur conçu pour exploiter les périphériques de saisie les plus courants et livrer les documents à l’endroit où ils sont requis dans un processus métier.

Les outils peuvent avoir de multiples applications. Une importante compagnie aérienne a par exemple combiné les solutions Kofax avec son SAP et une application métier. Si un changement intervient dans le plan de vol, un document est automatiquement généré et envoyé aux pilotes. Ceux-ci ont ensuite quelques minutes pour accepter ce changement. « Nos solutions propulsent toutes les informations sur une autoroute vers le système du client », résume le responsable.

« L’évolution vers le software a commencé il y a plusieurs années. Cela nous aide à nous concentrer sur un marché qui devient très différent ». Et Kofax semble armé pour affronter les aléas du marché alors que son chiffre d’affaires a progressé de 20 % en 2010 pour atteindre 121.7 millions de dollars. Et malgré un climat économique « toujours tendu », Thomas Senger est persuadé que son entreprise est sur « la bonne voie »

En France, l’entreprise se réjouit déjà de la fourniture de ses produits à la SNCF. « Notre stratégie est la bonne ».

Plus d’informations : Kofax

Téléchargez gratuitement cette ressource

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

Actualités, Chroniques et Dossiers exclusifs pour les Décideurs et Professionnels IT. Vos ressources essentiels pour comprendre les enjeux, évaluer les perspectives et conduire la transformation numérique de l'entreprise. Découvrez en exclusivité une édition complète de la nouvelle revue SMART DSI.

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 24 mars 2011