> IoT > Power Platform : casser les codes pour une nouvelle harmonie 

Power Platform : casser les codes pour une nouvelle harmonie 

IoT - Par Sabine Terrey - Publié le 09 juin 2023
email

L’arrivée de la Power Platform – et plus généralement des solutions Low Code et No Code – redistribue à sa manière le périmètre de compétences entre ce qui relève de l’humain et ce qui appartient au domaine de la machine dans l’univers de l’entreprise.

Power Platform : casser les codes pour une nouvelle harmonie 

Nicolas Lenglet, Team Leader Power Platform / Customer Engagement chez Prodware partage son expertise sur le sujet.

Plus qu’une avancée technologique, il s’agit en effet d’une évolution en profondeur de la production et de la gouvernance des entreprises qui s’en emparent. En ajoutant un instrument, l’automatisation permise par la suite de Microsoft change significativement la partition. 

La place de l’humain dans l’intégration d’une solution beaucoup plus productive que celles qui l’ont précédées questionne aussi la place de la norme face à l’exception, de l’utile face au beau, de la sécurité face à la curiosité et de l’autorité face à la liberté.


Nouvelles habitudes : à la machine le côté pratique, à l’humain celui du beau ?

Qui a déjà utilisé Excel ou PowerPoint pour créer des graphiques par défaut sait depuis quelques dizaines d’années que si l’automatisation des graphiques est pratique, son esthétisme laisse à désirer.

On pourrait d’ailleurs aller encore plus loin : le graphique n’est « automatisé » qu’à partir du moment où la zone de données est clairement définie ou ne comporte pas d’erreurs de remplissage. Même si cette automatisation est « pratique », parce qu’elle permet à l’utilisateur de ne pas avoir à créer de toutes pièces l’illustration, elle ne propose qu’une option très réduite de visualisation des données. Charge à l’humain de varier les couleurs, de modifier les sources de données, de croiser les tableaux pour obtenir de plus fines analyses.

Cette limite est révolue. Les capacités de traitement, d’analyse, de croisement, et finalement de traduction graphique automatisée sont aujourd’hui beaucoup plus puissantes.  Les outils WYSIWYG (What You See Is What You Get), le « glisser-déposer » permettent une édition visuelle directe et plus pertinente. Mais qu’est-ce que le beau ? Et a-t-il une date de péremption ? Les solutions de Low Code/ No Code offrent des solutions dont le gain de temps est indéniable. Le progrès est visible, presque palpable. Néanmoins, une fois l’effet waouh, passé, l’uniformité des rendus proposés par l’outil n’estompera-t-il pas ce saut de qualité visuelle ? Ou tout du moins la perception de cette beauté ? À n’en pas douter, le pratique survivra à la standardisation formelle. En sera-t-il de même pour le beau ? Rien n’est moins sûr. Pour se renouveler, la Power Platform aura à l’évidence besoin de l’humain.

Ces allers-retours entre sensibilité et technologie – et le feedback réciproque entre ces deux dimensions – permettront une articulation de plus en plus fine entre esthétique et performance. Il faudra sans doute parfois rebrousser chemin pour mieux progresser ensuite. Faire trois pas en avant et un pas en arrière est aussi une manière efficace d’avancer.

Nicolas Lenglet – Prodware


Nouveaux horizons : l’humain est dans les détails

Les pas en avant ne sont pas la seule trajectoire qu’imposent les solutions de la Power Platform. En automatisant une grande partie des tâches répétitives précédemment attribuées à l’humain, elles offrent une opportunité d’attention plus soutenue à ce qui, justement, relève de l’exception, ou tout du moins du « hors-norme » au sens propre du terme. Les applications complexes, qui nécessitent un développement précis et spécifique, et les données les plus sensibles ; qui imposent une vigilance particulière, ne peuvent pas être déléguées totalement à la machine, si artificiellement intelligente soit-elle. 

Les nouveaux outils technologiques, qu’ils soient développés en No Code, en Low Code, qu’ils soient automatisés ou « automatisants », s’intègrent tous à un environnement préexistant. L’articulation avec ceux-ci est donc fondamentale, et on peut aisément penser que cette logique d’intégration n’en est qu’à ses prémices. L’arrivée massive de la Blockchain, la progression et l’étendue des solutions d’intelligence artificielle, de réalité virtuelle, sont autant de défis dont l’humain devra se saisir pour organiser la plus juste répartition des tâches.

C’est précisément sur ce point que l’humain aura toujours son mot à dire et son autorité à (ré)affirmer. Organisation, stratégie, conseil sont autant de zones où le point de vue et l’apport humain ne saurait être délégué. L’implémentation à tous crins de nouvelles solutions sans une stratégie clairement définie, un planning et une définition précise des nouvelles frontières qu’elles forment serait vouée à l’échec.

Téléchargez cette ressource

Guide inmac wstore pour l’équipement IT de l’entreprise

Guide inmac wstore pour l’équipement IT de l’entreprise

Découvrez toutes nos actualités à travers des interviews, avis, conseils d'experts, témoignages clients, ainsi que les dernières tendances et solutions IT autour de nos 4 univers produits : Poste de travail, Affichage et Collaboration, Impression et Infrastructure.

Nouvelles frontières : ensemble, c’est tout

Pour chaque avancée majeure qui bouleverse l’équilibre d’une organisation, le même schéma se répète, entre interrogations et scepticisme d’une part, enthousiasme et surinvestissement de l’autre. Quand les sceptiques la maintiennent à distance, les enthousiastes y plongent, tête baissée, yeux fermés. Le point commun de ces deux types bien distincts de réactions face à la nouveauté ? Elles nécessitent autant de formation et d’acculturation l’une que l’autre. Dans le cas des sceptiques, il est nécessaire de progressivement et patiemment répondre à l’inquiétude, pour peu à peu transformer la peur en appréhension, l’appréhension en tolérance, et pourquoi pas, la tolérance en curiosité. Dans celui des enthousiastes, il s’agit d’osciller, avec la dextérité d’un équilibriste, entre encouragement à la familiarisation et respect d’une certaine autonomie d’une part, et intégration de cette prise en main dans le cadre de l’entreprise et du collectif d’autre part. L’entreprise peut laisser la place aux équilibristes, pas aux solistes.

L’implémentation des solutions offertes par la Power Platform doit donc nécessairement faire l’objet d’une stratégie, d’un plan d’action, d’une gouvernance générale… sans pour autant devenir une bride. En cadrant les limites de l’utilisation, notamment quand la Direction des Systèmes d’Information prend le relais sur les utilisateurs néophytes, l’entreprise s’assure d’une adhésion plus grande des équipes et se préserve de toutes menaces liées à la sécurité des données ou à la baisse de productivité… Un peu comme une formation de jazz qui aurait précisément défini la longueur des mesures de solo de son trompettiste virtuose.

La Power Platform est un nouvel instrument qui doit composer avec un ensemble. Les mélomanes s’en empareront plus vite, d’autres auront besoin de plus de temps, mais l’orchestre grandira et la musique continuera de se jouer… sous la conduite de l’humain.

 

 

 

Nicolas Lenglet a près 14 ans d’expérience dans les solutions de gestion de la relation Client et de platforme Low-code/No-code. Il a rejoint Prodware en 2023 et pilote depuis l’activité Power Platform et Customer Engagement. Ses interlocuteurs sont les Directions des Systèmes d’Information et métiers. Avec ses équipes, il accompagne les clients dans leur transformation en digitalisant l’ensemble de leurs processus métier.

 

IoT - Par Sabine Terrey - Publié le 09 juin 2023