> Sécurité > Sécurité et traçabilité des fraudes au cœur du Big Data

Sécurité et traçabilité des fraudes au cœur du Big Data

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 09 avril 2015

Avec un marché en pleine explosion, le Big Data est devenu l’une des préoccupations majeures des entreprises.

Sécurité et traçabilité des fraudes au cœur du Big Data

Les opérateurs telecoms, les banques, les grands groupes industriels semblent déjà avoir fait le premier pas… alors comment passer du log management au Big Data sécurité ? Est-ce si naturel que cela semble l’être ? Collecter, analyser, prévoir et anticiper les actions les meilleures ! Certes, mais n’y a-t-il pas un grain de sable ? I-TRACING, entreprise de conseil et d’intégration dédiée à la sécurité  et traçabilité de l’information s’est penchée sur ce binôme Big Data & Sécurité.  Eclairage par la voix de son cofondateur et président Théodore-Michel Vrangos.

Il y a un an, la sécurité était très peu présente au sein du débat Big Data. Depuis, les choses ont changé et la sécurité se retrouve fortement liée au Big Data. Pourquoi ? Une fois les actions de collecte, stockage, requêtes, terminées pour obtenir des informations utiles pour les métiers, la sécurité entre en scène. Depuis quelques années, un des volets de la sécurité du SI et internet s’appuie sur la collecte et gestion de logs (accès internet, proxy, firewall). Si cette notion est liée à une obligation et conformité légale, elle permet de mieux analyser les incidents de sécurité, fuites de données, tentatives de pénétration externe, codes accès et autres, « ces informations complémentaires, provenant de l’analyse des logs de sécurité, sont désormais essentielles » souligne Théodore- Michel Vrangos.

Les différentes problématiques sécurité

Une première vague d’utilisation d’outils de collecte et gestion de logs par de grandes entreprises prend forme dès 2007, « ces entreprises pionnières, en avance sur plusieurs sujets, avec un réel besoin de sécurité se sont lancées ». L’utilisation de solutions de logs a permis l’implémentation d’actions quotidiennes menées en entreprise par le RSSI (incidents, coûts, troubleshooting, protection, fraudes…).

Les solutions deviennent plus complexes et ouvrent la porte de la deuxième vague corroborée par la tendance Big Data.

« Au-delà du management de logs, le SIEM s’impose petit à petit, les éditeurs font évoluer leurs solutions, se positionnent sur le Big Data et décident de faire du Big Data Security » commente Théodore- Michel Vrangos. En face, le besoin de l’utilisateur est fort, car il cherche à lier les notions de logs d’équipement de sécurité avec les données des logs métiers. Quelles sont les fonctions et les données accédées par tel utilisateur lorsqu’il utilise telle application ?

Les RSSI réclament cette visibilité et utilisent ainsi le Big Data, « avoir des données métiers corroborées à des données sécurité permet d’avoir une vision complète et de lutter contre la fraude » explique Théodore-Michel Vrangos. Il est cependant très difficile pour le RSSI d’accéder et d’utiliser les données métiers, des problématiques d’organisation interne dépassent la technique pure !

Des problématiques de coûts interviennent inévitablement pour stocker toutes les données. L’enjeu est différent au niveau du stockage et des outils de requêtage et de visualisation des données. Les plates-formes doivent donc être capables de gérer toutes ces quantités et ces sources multi-formats.

Les nouveaux métiers

La profession du RSSI doit se structurer, se donner les moyens et se faire entendre au sein des DSI et des métiers. L’envie de faire du Big Data dépend beaucoup du profil du RSSI.

Si beaucoup mesurent déjà l’importance du sujet, tous ne se donnent pas les moyens de l’implémenter dans leur entreprise. Et pourtant, aujourd’hui, le besoin est bien le Big Data Sécurité pour sécuriser les informations, analyser les incidents et répondre lors d’éventuelles réquisitions légales.

« Il faut officialiser le rôle du RSSI, qui doit disposer d’un accès légitime et voir l’utilisation des données faite par un utilisateur, il en va de la sécurité de l’entreprise » précise Théodore Vrangos.

Un autre métier pointe déjà, les Data Scientists et Data Analystes en sécurité analysent les événements, les connexions, les traces et dégagent les tendances tant recherchées au sein des entreprises.

Et de conclure, « le passage du Log Management au Big Data sécurité est indispensable. Le RSSI doit donc se préparer en termes de processus internes de gestion des incidents et de surveillance, et se doter de nouveaux outils Big Data Securité ».
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Découvrir DevOps, l’essentiel pour tous les métiers

Découvrir DevOps, l’essentiel pour tous les métiers

Vous vous intéressez aux systèmes d’informations innovants ainsi qu’aux notions d’agilité dans le monde de IT ?DevOps est une démarche qui permet aux équipes de développement et d’infrastructure de collaborer plus efficacement face à ces nouvelles exigences du mode logiciel. À l’ère du continuous delivery et du cloud, DevOps s’inscrit dans le prolongement des méthodes agiles et s’inspire d’autres expériences telles que Lean Startup, Scrum… L’originalité de ce livre est d’aborder le sujet sous différents points de vue pour répondre au mieux aux problématiques de tous les métiers concernés qu’il s’agisse des développeurs, des opérationnels, mais aussi du management de la DSI et des acteurs métiers. Cet ouvrage offre ainsi une vision à 360° de la démarche DevOps.

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 09 avril 2015