> IoT > Voies Navigables de France : gagner en réactivité

Voies Navigables de France : gagner en réactivité

IoT - Par Sabine Terrey - Publié le 12 décembre 2014
email

VNF est un établissement public à caractère administratif dépendant du Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, et créé il y a une vingtaine d'années.

Voies Navigables de France : gagner en réactivité

 

De 400 personnes à l’origine,VNF passe à 5000 personnes au 1er janvier 2013,en raison de la fusion de 7 directions territoriales avec l’entité VNF. Changement clé ayant des impacts sur la structure informatique elle-même. Benoît Hollebecq, DSI et Eric Baranek, Coordinateur du Pôle Exploitation des Voies Navigables de France nous éclairent sur cette profonde transformation.

Au coeur du métier…

VNF gère 6 700 km de voies d’eau, 60 000 hectares de terrain, environ 1 500 écluses, 500 barrages, 3700 km de digues pour l’aspect maintenance. VNF développe également la voie d’eau pour le tourisme et le transport de marchandises. Deux directions métiers, Infrastructure & Exploitation, et Développement structurent l’ensemble.

Avec ce métier très spécifique, correspondait un développement particulièrement spécifique. Très souvent, pour un besoin, on trouvait une application et une base de données. « Mais, le Système d’Information devient très siloté et atteint ses limites au niveau de la maintenabilité des solutions » souligne Benoît Hollebecq.

En 2011, avec la Direction Générale, la DSI lance un schéma directeur informatique, sorte de feuille de route 2011 – 2014. La décision est prise pour une refonte totale du Système d’Information.

La refonte du SI

Le Système d’Information est réurbanisé, et s’appuie désormais sur des bases de références (bateaux, personnel, tiers, patrimoine …). « L’ensemble des données est restructuré avec la mise en place de plateformes d’échange de données, pour plus d’agilité et de flexibilité au niveau du SI » commente Benoît Hollebecq.

Cette restructuration et ces ajouts de briques entraînent une complexité de la gestion de l’infrastructure. Un centre serveurs basé à Béthune héberge, exploite et supervise l’ensemble de toutes les applications de VNF, « la DSI doit donc maintenir et exploiter des solutions de plus en plus complexes et hétérogènes, et va industrialiser la production et l’exploitation ». De ce fait, des choix d’outils s’imposent…

Anticiper les problématiques

Dès 2007, le choix se porte sur un outil de supervision, Sysload, qui permet au travers d’une console de centraliser l’ensemble des briques d’infrastructure, de voir, anticiper les problématiques et intervenir en amont grâce aux alertes remontées.

« Rénover est une chose, mais il faut aussi se doter d’outils pour exploiter toutes les solutions mises en place » remarque Benoît Hollebecq.

Pour être en adéquation avec l’évolution du SI et la mise en capacité, la DSI passe par plusieurs étapes. La première brique avec SP Analyst, Eric Baranek note d’emblée « la facilité à implémenter rapidement une supervision de base, avec les métriques déjà intégrés au produit et la facilité à maintenir le produit ».

Collecter, historiser les événements, effectuer une analyse et superviser l’infrastructure en temps réel est essentiel.

Très rapidement, la brique suivante est mise en place avec SP Monitor, la supervision applicative offre une garantie de qualité et de niveaux de service, « un système d’alertes s’active dès qu’un élément de l’application tombe » explique Eric Baranek. Plus de liberté et d’efficacité, élargissement de l’amplitude horaire des astreintes, gestion rapide des problèmes, autant d’avantages notables.

La troisième brique apparaît au travers de SP Portal, « c’est l’état de santé et en quelque sorte la météo du SI, grâce à divers reportings », en permettant d’identifier par exemple des serveurs sous-utilisés ou mettre en évidence les applications les plus consommatrices. Cette étape sera menée d’ici la fin de l’année, en customisant la brique reporting, « nous devons maintenant exploiter au maximum cette brique » précise Eric Baranek.

Aujourd’hui, quand VNF parle d’applications, il s’agit de serveurs, bases de données et réseaux. « Demain, il sera possible d’aller plus loin dans le développement de l’application et récupérer les codes erreurs pour les remonter sur la console via l’outil Sysload ».

En termes de surveillance, cet outil est primordial et en termes de suivi, Orsyp offre une bonne réactivité. Voies Navigables de France dispose d’une visibilité complète quant aux serveurs et applications, et peut prendre des décisions plus rapidement.

De nouveaux enjeux

Un nouveau processus de communication est engagé avec la Direction Générale et la Direction Métiers. Des tableaux de bord permettront à la DSI de montrer la fiabilité, les engagements pris, la disponibilité des applications… « éléments de communication essentiels dans le monde actuel ». « La DSI doit être dorénavant vecteur de valeur pour l’entreprise et communiquer sur ses résultats » ajoute Benoît Hollebecq.

Toutefois, l’enjeu des années à venir est tout autre. Outre, l’informatique de gestion, la problématique qui émerge est celle de l’informatique dite « industrielle », les automatismes entrent en jeu pour certains ouvrages (écluses, barrages…).

Et de conclure, « l’humain va laisser la place à des automatismes gérés par des systèmes informatiques qui seront demain connectés sur le centre serveurs, les alertes pourront ainsi être remontées sur la plate-forme de supervision ».

De la facilité d’implémentation et d’intégration à la simplicité de maintenance et d’exploitation des solutions, sans omettre l’avantage de centraliser toutes les erreurs sur un seul support, les résultats sont flagrants quant à la gestion de l’infrastructure.

La performance est au rendez-vous !

Téléchargez gratuitement cette ressource

L’optimisation réseau en 6 atouts clés

L’optimisation réseau en 6 atouts clés

Quelles sont les 6 atouts clés d'un réseau 100% cloud, évolutif et sécurisé ? Faites évoluer vos solutions IT d'entreprise, bénéficiez d’une infographie exclusive pour activer ces nouvelles solutions technologiques.

IoT - Par Sabine Terrey - Publié le 12 décembre 2014