> Data > Big Data : le potentiel des données

Big Data : le potentiel des données

Data - Par Sabine Terrey - Publié le 16 mai 2014
email

La technologie est omniprésente, les personnes et les objets sont de plus en plus interconnectés.

Big Data : le potentiel des données

L’explosion du Cloud et de la mobilité engendre une croissance exponentielle des données générées et consommées par l’ensemble des utilisateurs et entreprises. Microsoft au travers de stratégie Cloud First Mobile First, souhaite accompagner les entreprises dans leur transformation numérique. Et le Big Data, nouvelle culture de la donnée, est une priorité majeure !

Un océan numérique

« Enrichissement important des données avec lesquelles on interagit, que ce soit au travers des terminaux et des objets connectés », Bernard Ourghanlian, Directeur Technique et Sécurité pour Microsoft France, pose le décor. De 10 milliards d’objets connectés aujourd’hui à 15 milliards en 2015 et 6 objets connectés par habitant en 2020, il n’y a qu’un pas …

Tous ces objets contribuent à alimenter en permanence des données collectées dans le Cloud à des fins de stockage, sauvegarde et analyse. Les chiffres sont impressionnants, 2.5 exaoctets de données créés chaque jour, 1 milliard de posts tous les deux jours sur l’ensemble des réseaux sociaux … On assiste à un phénomène exponentiel.

La recherche scientifique se transforme de fait. Jim Gray décrivait l’évolution de la recherche scientifique suivant 4 paradigmes à savoir la science expérimentale, la science théorique, la science calculatoire, et la science centrée sur les données, avec la volonté de pouvoir unifier la théorie, l’expérience et la simulation grâce à des données pluridisciplinaires. Une question polémique se révèle dans la problématique corrélation – causalité…. A travers le Big Data, il est possible de démontrer qu’il existe un certain nombre de corrélations entre plusieurs phénomènes, est-ce pour autant que l’on peut en induire la cause ? Probablement pas ! Par contre, dans une logique pragmatique et business, de simples corrélations peuvent suffire. Le Big Data peut avoir plusieurs domaines d’applications, de la science au business !

Un potentiel de 54 milliards d’euros

Une étude IDC/Microsoft menée en mars 2014, auprès de 2 020 entreprises mondiales dans 20 pays, présente des résultats avantageux pour les entreprises se lançant dans le Big Data. 77% des personnes interrogées se situent côté métier. L’étude révèle qu’un certain nombre de pratiques analytiques existent déjà en entreprise, une majorité se base sur des usages standards, d’autres ont des approches plus avancées (plusieurs méthodologies, diffusion de la connaissance au bon moment). L’étude quantifie toutefois l’écart entre les entreprises qui ont un usage standard et celles qui ont un usage avancé c’est-à-dire disposant de sources de données variées, d’outils et méthodes différents, de nouveaux destinataires, d’une logique de temps.

« En termes de bénéfices, on note en France un potentiel de 54 milliards d’euros (en création de valeur sur les 4 années à venir), c’est 0.6 points de PIB pour l’économie française » explique Sébastien Lamour, Senior Research & Consulting Manager chez IDC France. Et au niveau mondial, 1 600 milliards de bénéfices additionnels qui pourraient être générés par ce type d’approche.

L’écart est net entre les usages standards, logiques analytiques traditionnelles (96 milliards d’euros)  et les usages avancés : les revenus de la donnée sur les 4 prochaines années pour les entreprises françaises adoptant de nouveaux usages s’élèvent à 150 milliards d’euros.

Ces bénéfices peuvent s’appliquer dans différents domaines, comme les processus opérationnels, processus orientés clients, l’innovation, produits et services, les fonctions centrales de support.

Quantification des classes de bénéfices également : diminution des coûts, augmentation du chiffre d’affaires, et amélioration de la productivité des salariés.

Big Data : de la petite à la grande entreprise

Depuis 2009, Adictiz développe et édite des jeux sociaux sur le web et mobile, comme « Paf le Chien »  avec près 50 millions de joueurs dans le monde. Alexis de Charentenay, Director of Business Development souligne « des jeux et contenus simples de prime abord, qui cachent une complexité technologique, une multitude de données, des processus de production et d’itération importants ». « Paf le Chien », c’est plus de 1 million de parties par jour sur différents OS  et pays ! Les contenus voyagent beaucoup… « Le Big Data, nous y sommes venus progressivement ». Du feeling aux outils globaux et à la culture de la donnée, le Big Data s’est imposé, et la solution Microsoft est intégrée depuis un an. Derrière tous les jeux, il faut améliorer l’acquisition, la viralité, la monétisation et la rétention. L’implémentation des outils, la rigueur et la pédagogie de la donnée dans l’entreprise sont des points essentiels. Et d’ajouter, « la créativité est importante mais les données également ». Pour Adictiz, les impacts en termes de ROI sont bien là !

Cofely Services, groupe GDF SUEZ, a développé Vertuoz, solution web de suivi et maîtrise de la performance énergétique des 45 000 bâtiments pour les entreprises et collectivités. Cofely Services s’est appuyé sur les technologies Microsoft, SQL Server, SharePoint 2013, Windows Azure, avec une couche applicative BI chez le client. Thierry Bouzigues, Directeur Vertuoz précise « cette plate-forme collecte les données de capteurs, les données ouvertes de type météorologique, mises en corrélation avec les consommations, les données patrimoniales du client pour produire des indicateurs apportant une vision simplifiée de la consommation et du comportement énergétique ». Vincent Bryant, Responsable Big Data chez Cofely ajoute que la volonté d’entrer dans le Big Data fut motivée par un triple constat « il existe beaucoup de données inexplorées, des algorithmes pouvant apporter de la valeur ajoutée, et les ressources et efforts pouvant réduire les charges ne sont pas toujours optimaux ». L’objectif est d’aider les clients à réduire les charges, prévoir la consommation et l’usage des bâtiments. Vertuoz apporte notamment des services de comparaison entre les  bâtiments semblables. Cofely Services ne compte pas s’arrêter là et « prévoit d’utiliser toutes ces données pour faire du ciblage marketing et aider nos clients à améliorer leur politique immobilière verte. »

Opportunités, projets concrets, poids de la technologie pour des stratégies Big Data bien réelles désormais !

Les dernières annonces Microsoft Big Data

« 5 annonces qui positionnent la plate-forme Microsoft comme la plus complète du marché », commente Damien Cudel, Chef de Marché Plateforme Applicative, Division Marketing.

  • Power BI rend autonomes les collaborateurs dans la manipulation de l’information (Excel, Office 365)
  • SQL Server 2014 intègre les technologies in-memory sur l’ensemble du cycle de vie des données
  • Hadoop 2.2 dans Azure
  • Fusion des deux mondes Hadoop et SQL Server avec Analytic Plateform System (APS)
  • Azure Intelligence System Service, plate-forme en preview.

Et de conclure « Microsoft adresse le marché de l’Internet des objets qui est l’Internet de vos objets ».

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

Migrer une partie des services d’un système d’information vers Office 365 s’inscrit dans une démarche plutôt moderne. Mais elle va impliquer un certain nombre de changements majeurs qui bien souvent ne sont pas pris en compte lors de la décision d’acquisition du service, découvrez nos 6 recommandations clés !

Data - Par Sabine Terrey - Publié le 16 mai 2014