> Cloud > La bonne interface pour la bonne infrastructure

La bonne interface pour la bonne infrastructure

Cloud - Par Loïc Thobois - Publié le 30 octobre 2015
email

Hyper-V est disponible sur différents systèmes d'exploitation permettant à l'hyperviseur de mieux s'adapter aux besoins de ses utilisateurs.

La bonne interface pour la bonne infrastructure

Sur Windows 8 et 8.1 : Ce qui permet de bénéficier des performances et des technologies de Hyper-V sur son poste de travail quel qu’il soit (bureau ou portable) et de mettre en place rapidement des maquettes d’infrastructure ou tester efficacement ses applications en cours de développement.

Sur Windows Server depuis Windows Server 2008: Implémentation la plus courante permettant d’exploiter en production les machines virtuelles et de bénéficier notamment des composants de haute disponibilité du système.

Cette version permet aussi une implémentation allégée appelée mode “Core” qui limite le nombre de composants installés sur la machine hôtes. On a ainsi la possibilité de supprimer complètement les outils graphiques (explorateur, Internet Explorer, outils d’administration, …) pour se retrouver face à une simple invite de commande (PowerShell est supporté dans ce mode depuis Windows Server 2008 R2).

Mais on peut aussi installer uniquement les outils d’administration graphique avec l’invite de commande comme c’est dorénavant possible depuis Windows Server 2012 R2.

Sur Hyper-V Server : C’est un système d’exploitation gratuit (librement téléchargeable et gratuitement utilisable en production) et dédié à Hyper-V. Il se présente sous la forme d’un Windows Server en mode Core sur lequel seul le rôle Hyper-V peut être installé et utilisé. Cette version est ISO fonctionnelle avec son équivalent sur Windows Server (Haute disponibilité, outils, fonctions, …).

Aussi pour chaque type de système d’exploitation et d’installation, Microsoft a mis à notre disposition différents outils d’administration adaptés aux différents usages.

Le gestionnaire Hyper-V qui contient les fonctions d’administration basiques de l’hyperviseur par l’intermédiaire d’une interface graphique. Il peut être installé sur un poste client pour se connecter à un serveur Hyper-V distant.

L’outil Failover Cluster qui va permettre de gérer simplement les machines virtuelles dans le cadre d’un cluster (Mise en place, basculement, stockage partagé, …).

System Center 2012 Virtual Machine Manager qui se présente comme l’outil de gestion centralisée des infrastructures virtualisées. Il gère l’infrastructure dans son ensemble avec le stockage, le réseau, les applications, et les différents types d’hyperviseur (Hyper-V, VMware, XenServer). Cet outil se destine aux grosses infrastructures.

PowerShell qui est l’interface en ligne de commande permet l’exécution d’opérations locales ou distantes. PowerShell s’adapte à tous les scénarios.

Fort de ce constat, Aidan FINN (MVP Virtualisation) a eu la bonne idée de mettre en place un sondage sur les usages les plus courants de ses visiteurs concernant les systèmes d’exploitation avec lesquels ils utilisent Hyper-V.

Même si le panel des sondés ne représente pas une population normale dans la mesure où les participants font partie des lecteurs du blog d’Aidan et que les lecteurs de blogs ou d’articles sont globalement mieux sensibilisés aux bonnes pratiques à mettre en place que la moyenne, cela donne tout de même une idée des tendances.

Le sondage se composait donc d’une seule question : Quel mode d’installation utilisez-vous le plus souvent pour l’exploitation de votre infrastructure Hyper-V ?

• Hyper-V Server

• Windows Server et son interface graphique complète

• Windows Server et ses outils d’administration graphique uniquement

• Windows Server en mode Core (uniquement l’invite de commande)

Les résultats :

• Hyper-V Server (10,5%)

• Windows Server et son interface graphique complète (71%)

• Windows Server et ses outils d’administration graphique uniquement (5%)

• Windows Server en mode Core (uniquement l’invite de commande) (13,5%)

70% des sondés ont ainsi choisi de garder l’interface graphique complète pour la gestion de leurs hôtes OS Hyper-V.

Malgré les recommandations de Microsoft qui conseille d’installer l’édition Core accompagnée d’outils d’administration à distance, les internautes ont tendance à préférer le confort et la sécurité d’un outil graphique installé localement sur l’hyperviseur.

On notera que les chiffres évoluent légèrement si on découpe le sondage par pays avec les Etats-Unis qui présentent une utilisation un peu plus importante de l’édition Core.

Il est vrai que dans beaucoup de scénarios, les avantages de l’édition Core ne compensent pas ses inconvénients. Seule la mise en place d’une infrastructure de type Cloud privé de plusieurs dizaines voire centaines d’hôtes peut justifier ce choix.
En effet, les cas les plus fréquents de dysfonctionnement sont souvent liés à des soucis de pilotes ou de firmware qu’il est moins pratique de dépanner avec la seule ligne de commande.

Les résultats complets du sondage : ici

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 6 bonnes pratiques sur la protection des données

Les 6 bonnes pratiques sur la protection des données

Nouveau Guide thématique à l’intention des Directions informatiques. La Datasphere mondiale représente 40 Zo de données créées, dupliquées et enregistrées chaque année. La gestion et le stockage des données deviennent d’autant plus critiques que leur volumétrie ne cesse de croître et d’ici 2025, ce chiffre aura quadruplé. Découvrez dans ce nouveau guide les meilleures recommandations pour survivre dans l’univers de l’Infinite Data.

Cloud - Par Loïc Thobois - Publié le 30 octobre 2015