> Data > Des sauvegardes (presque) simplifiées

Des sauvegardes (presque) simplifiées

Data - Par Joern Wettern - Publié le 24 juin 2010
email

La possibilité de récupérer des données perdues constitue une composante clé de la sécurité informatique.

La préparation à cette tâche redoutée est pénible et difficile, mais le produit System Center Data Protection Manager (DPM) de Microsoft peut alléger votre fardeau.

Ces derniers mois, j’ai travaillé d’arrache-pied en vue de simplifier mon infrastructure réseau. J’ai mis en oeuvre Hyper-V afin de consolider les fonctions de serveur sur un nombre plus restreint de machines physiques.

Ce faisant, il m’est apparu de plus en plus évident que je n’avais pas de protection appropriée contre les deux manifestations sonores les plus redoutées qui soient : le « oups » de l’utilisateur quelques secondes après la suppression accidentelle d’un fichier crucial et les crissements et grincements d’un disque dur subitement en train de rendre l’âme.

Evidemment, je ne suis pas entièrement démuni côté protection. Par exemple, Exchange permet aux utilisateurs de restaurer des messages supprimés pendant un certain temps configurable (délai de rétention) et les disques RAID sur mes serveurs fournissent une protection temporaire contre la perte d’un disque individuel. Néanmoins, il m’a fallu admettre que ma protection à long terme existante n’était plus appropriée.

Une sauvegarde de mes serveurs physiques protège également les données résidant sur les machines virtuelles (VM) arrêtées, mais la sauvegarde des fichiers d’une VM active pourrait laisser celle-ci dans un état incohérent. J’aurais la possibilité de créer des scripts afin d’arrêter au préalable les VM, mais celles-ci seraient inaccessibles pendant la sauvegarde. Un autre problème rencontré concernait la centralisation du processus, afin d’éviter une sauvegarde individuelle de chaque serveur.

Lorsque j’ai examiné DPM et les fonctionnalités ajoutées dans le Feature Pack 1, j’ai compris qu’il pourrait constituer la solution à mes besoins. DPM utilise le service VSS (Volume Shadow Copy) de Windows pour s’assurer de la cohérence des données dans la sauvegarde et il peut passer des requêtes VSS aux données de sauvegarde dont l’état est cohérent vers SQL Server, SharePoint et Exchange.

La modification du Registre décrite à l’adresse ajoute la prise en charge de VSS pour Hyper-V. Après avoir effectué la modification, j’ai pu rentrer dans le vif du sujet. 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Data - Par Joern Wettern - Publié le 24 juin 2010