> Cloud > Dossier Virtualisation : Le Cloud sans l’ombre d’un nuage (2/3)

Dossier Virtualisation : Le Cloud sans l’ombre d’un nuage (2/3)

Cloud - Par Iqbal Khan - Publié le 13 décembre 2010
email

Les plates-formes pour le cloud sont porteuses d’économies de coûts et d’autres avantages, mais elles peuvent aussi devenir des goulets d’étranglement onéreux.

L’informatique via Internet ou « cloud computing » comporte de nombreux atouts séduisants : élimination de votre centre de données, réduction de la charge administrative, baisse des dépenses de sauvegarde et sous-traitance de toutes les tâches à un prestataire extérieur. Mais il faut ensuite se confronter à la réalité : Le cloud est-il en mesure de gérer les pics de transactions et les applications générant un trafic élevé ?

Dossier Virtualisation : Le Cloud sans l’ombre d’un nuage (2/3)


Bien que Windows Azure propose bien d’autres options de stockage évolutif que votre application non-cloud habituelle, le stockage reste un goulet d’étranglement sur le plan de l’évolutivité. Cela tient au fait que SQL Azure Database est bâti sur SQL Server et qu’il souffrira des mêmes problèmes d’évolutivité que ce dernier. Par ailleurs, le stockage de type table ne constitue pas une vraie alternative aux bases de données relationnelles.

Par conséquent, en cas d’évolution horizontale (scale out) de votre application dans Windows Azure, le stockage constituera toujours le goulet d’étranglement et il faudra le prévoir. Par conséquent, nous en revenons à notre question du début : quels sont les goulets d’étranglement du cloud computing en matière d’évolutivité et que peut-on faire pour les réduire ?

Il vous faut pourtant un mécanisme supplémentaire permettant de repousser les limitations d’évolutivité des options de stockage d’Azure. Ce quelque chose est un cache distribué en mémoire, lequel est particulièrement évolutif car il est nettement plus simple qu’un stockage de type table ou que SQL Azure. Comme il s’agit d’un stockage en mémoire, il se prête bien à une évolution et autorise des accès nettement accélérés. Comme le montre la figure 3, les pros de l’informatique doivent considérer le cache distribué dans Windows Azure comme une autre option de stockage, mais plutôt à caractère temporaire que permanent. Il ne remplace pas les autres services de stockage fournis par Windows Azure, y compris SQL Azure, mais les étend. Les rôles Web et Worker se connectent au cache et vérifient son contenu en premier avant d’accéder aux autres options de stockage de Windows Azure.

Amélioration de l’évolutivité

La majorité des applications pour le cloud sont critiques car beaucoup de personnes s’en servent, leur nombre pouvant aller de quelques milliers à plusieurs centaines de milliers. Par conséquent, la mise en cache distribuée joue un rôle essentiel dans l’environnement de l’informatique via Internet. Heureusement, il existe un certain nombre de produits disponibles, plusieurs étant gratuits et d’autres étant payants. Ayez à l’esprit que tous les caches distribués ne sont pas égaux. Il est crucial d’examiner à la loupe les caractéristiques d’un cache distribué, ses fonctionnalités et ses topologies de mise en cache.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Conçu pour les directions IT et Métiers, ce guide vous permettra d'évaluer précisément vos processus de communication client, d'identifier vos lacunes et points d'inflexion pour établir un plan d’actions capable de soutenir durablement votre évolution. Bénéficiez maintenant d'une feuille de route complète.

Cloud - Par Iqbal Khan - Publié le 13 décembre 2010