> Cloud > Hyper-V et la virtualisation du réseau

Hyper-V et la virtualisation du réseau

Cloud - Par Jean-François Apréa - Publié le 26 novembre 2012
email

Par rapport à Windows Server 2008 R2 SP1, Hyper V avec Windows Server 2012 permet d’ores et déjà d’atteindre un nouveau niveau de qualité concernant la virtualisation et la gestion des ressources réseaux.

Hyper-V et la virtualisation du réseau

Lire aussi : La virtualisation du stockage avec Hyper-V

Les améliorations concernent les performances, la simplification de la configuration et l’administration. Les meilleures fonctionnalités sont présentées ci-dessous :

–    Le transfert des charges de travail au sein d’un architecture Cloud partagée de type IaaS – Infrastructure as a Service est facilité au maximum. Les entreprises clientes peuvent désormais garder leurs adresses IP internes lors du déplacement de leurs machines virtuelles au sein du Cloud IaaS partagé. De cette manière, les impacts en termes de changements de configuration concernant les adresses IP, les enregistrements DNS, les politiques de sécurité à implémenter et les configurations de machines virtuelles sont limités au minimum.

–    La séparation de l’administration des serveurs et du réseau est réalisée. Du coup, le positionnement des machines virtuelles est simplifié car la migration et le placement des machines virtuelles sont indépendants des détails sous-jacents du réseau physique. Les administrateurs des machines virtuelles s’occupent de l’administration des serveurs, tandis que les administrateurs réseau veillent sur l’infrastructure réseau et la gestion des trafics.

–    L’isolation des entreprises clients les unes par rapport aux autres – environnements multi-tenants, ne dépend plus de la gestion des VLAN. L’administrateur peut implémenter tout ou partie de sa gestion réseau via des stratégies d’isolation définies au niveau logiciel sur les machines hôtes Hyper-V (PVLANs). Les administrateurs réseau peuvent toujours utiliser des VLAN pour la gestion du trafic de l’infrastructure physique, si la topologie est principalement statique.

Virtualisation des réseaux au sein d’Hyper-V

–    Le placement des machines virtuelles reste flexible et les migrations en Live entre de multiples sous-réseaux sont toujours possibles. Elles peuvent être placées ou migrées vers n’importe quelle machine hôte du Datacenter en conservant leurs adresses IP, sans dépendance par rapport aux sous-réseaux IP ou à la configuration des VLAN.

–    Du point de vue technique, les services de virtualisation de réseau Hyper-V utilisent des protocoles standards tels que TCP/IP et GRE – Generic Routing Encapsulation. Leur utilisation est compatible avec les infrastructures existantes mais aussi les technologies émergentes. La virtualisation du réseau d’Hyper-V supporte les nouveaux Datacenters utilisant un réseau « à plat » tel que l’interconnexion transparente – Transparent Interconnection of Lots of Links – standard IETF TRILL.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Cloud Hybride en 5 étapes de transition réussie

Guide de Cloud Hybride en 5 étapes de transition réussie

Comment migrer les applications, adapter les ressources à la demande, déployer les ressources pour les projets de télétravail et soutenir les stratégies de modernisation des applications ? Découvrez les cinq étapes pour préparer et réussir votre transition vers le Cloud Hybride.

Cloud - Par Jean-François Apréa - Publié le 26 novembre 2012