> Data > L’évolution des technologies d’accès aux données

L’évolution des technologies d’accès aux données

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Wei-Meng Lee - Mis en ligne le 18/12/02
Quand les premières bases de données sont apparues, les développeurs devaient connaître parfaitement celle qu'ils utilisaient. Mais les produits et les technologies touchant aux bases de données ont progressé rapidement ... Des bases de données relationnelles aux stockages de données non relationnelles, comme le e-mail et les systèmes de fichiers, les méthodes d'accès aux données ont suivi le rythme rapide de l'évolution technologique. Aujourd'hui, face aux architectures client/serveur et applications multi niveaux, les développeurs doivent maîtriser diverses technologies d'accès. La plupart d'entre eux ont, durant des années, appris des sigles et des acronymes comme ODBC, DAO, RDO, OLE DB, ADO et RDS. Et voici que Microsoft introduit le .NET Framework flanqué d'une autre nouvelle technologie d'accès aux données: ADO.NET.

En nous immergeant dans chaque nouveau progrès, nous oublions souvent comment la technologie d'accès aux données a évolué et la logique et la philosophie successives. Une bonne compréhension de la progression - d'ODBC à  ADO.NET - peut vous aider à  choisir la technologie appropriée et à  l'optimiser pour votre organisation.

L’évolution des technologies d’accès aux données

Dans le modèle de base de données le
plus basique, les applications ne travaillent
qu’avec une base de données.
Le développeur peut programmer directement
par rapport aux interfaces
du système de base de données. Cette
méthode offre un moyen rapide et efficace
d’accès aux données. Mais elle
pose un gros problème dès qu’une entreprise
s’agrandit et que le développeur
doit étendre l’application. Cette
méthode signifie également que
chaque application standard doit avoir
une version différente pour supporter
chaque base de données. Au fur et à  mesure que l’entreprise change, grandit,
et parfois fusionne, les applications
doivent accéder à  de multiples bases
de données tournant sur des platesformes
différentes.

ODBC offre une interface commune
pour accéder à  des bases de
données SQL hétérogènes. ODBC utilise
SQL comme standard d’accès aux
données. La figure 1 présente un diagramme
d’architecture ODBC standard.
Cette interface jouit d’un maximum
d’interopérabilité: une
application peut accéder à  différents
SGBD (système de gestion de base de
données) SQL par l’intermédiaire d’un
jeu de code commun. Par conséquent,
un développeur peut créer et distribuer
une application client/serveur sans cibler un SGBD particulier.

Le développeur peut ajouter
des drivers de bases de données
pour relier l’application aux SGBD
choisis par l’utilisateur. Comme
le montre la figure 1, le gestionnaire
de drivers assure la liaison
intermédiaire entre l’application
et les bases de données. L’interface
ODBC contient un ensemble
de fonctions que les drivers de
chaque SGBD mettent en oeuvre.
Quand une application change de
SGBD, le développeur remplace simplement
l’ancien driver par le driver du
nouveau SGBD et l’application fonctionne
comme d’habitude – sans
qu’aucune modification de code ne
soit nécessaire.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : 10 Best Practices

Protection des Données : 10 Best Practices

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010