> Mobilité > La messagerie d’Alinto disponible chez Numergy

La messagerie d’Alinto disponible chez Numergy

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 16 janvier 2014
email

Numergy vient d’ajouter un nouveau service à son catalogue d’offres cloud.

La messagerie d’Alinto disponible chez Numergy

L’entreprise propose désormais les outils de messagerie collaborative d’Alinto via sa plateforme d’informatique en nuage. C’est le modèle d’appliances virtuelles « Plug’n Play » d’Alinto qui a été déployé sur l’infrastructure Numergy.  Une solution déjà utilisée par plus de 15 000 clients en Europe. Au total, Alinto gère 10 000 domaines de messageries professionnelles et près de 2,5 millions d’utilisateurs.

Ce choix vient s’intégrer dans la stratégie de développement d’un « cloud souverain » capable de rivaliser avec les offres des géants américains comme Office 365 chez Microsoft ou Gmail chez Google. « L’association des savoir-faire des deux structures françaises est également un gage de qualité pour les clients, en leur garantissant sécurité et confidentialité des données (logiciels français et plateformes hébergées en France) » souligne Numergy.

« Les outils collaboratifs font partie des cas d’usages adoptés par les entreprises dans le cadre de leur stratégie Cloud. Alinto apporte une véritable alternative aux messageries traditionnelles en offrant rapidité de mise en œuvre, sécurisation des données localisées en France et richesse fonctionnelle », se réjouit Frank Bossel, Directeur commercial de Numergy.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Au-delà de l’effet de « corvée », souvent soulignée par les administrateurs, la sauvegarde moderne est un nouveau concept qui a le potentiel de transformer toute direction des systèmes d’information, quelle que soit sa taille, et d’apporter des réponses fonctionnelles nouvelles pour rendre le service informatique plus efficace. Découvrez comment aborder la sauvegarde moderne

Mobilité - Par Guillaume Rameaux - Publié le 16 janvier 2014