> Cloud > Dossier Virtualisation : Sauvegarder Hyper-V

Dossier Virtualisation : Sauvegarder Hyper-V

Cloud - Par Brien M. Posey - Publié le 28 octobre 2010
email

Avec la prise en charge d’Hyper-V dans son Service Pack 1, System Center Data Protection Manager de Microsoft peut devenir l’application idéale pour sauvegarder les machines virtuelles.

System Center Data Protection Manager (DPM) 2007 est le fleuron de Microsoft pour les sauvegardes en entreprise et si vous l’avez déjà utilisé, vous savez qu’il rend indolores les sauvegardes et restaurations des serveurs d’un réseau. Toutefois, l’ajout de la virtualisation à ce type d’opération introduit un surcroît de complexité. Ceci étant, le présent article s’intéresse à System Center DPM et plus précisément à la sauvegarde des machines virtuelles (VM) s’exécutant dans un environnement Hyper-V.

Il est important de signaler que la RTM originale de DPM 2007 n’assure par la protection d’Hyper-V. Microsoft a ajouté cette fonctionnalité dans le Service Pack 1 (SP1). Ce dernier a également pallié à un autre manque en intégrant la sauvegarde des informations d’état système d’un serveur.

DPM propose une multitude d’options selon la manière dont vous souhaitez sauvegarder votre serveur Hyper-V et les systèmes d’exploitation (OS) invités qu’il exécute. Vous avez probablement compris que chacune de ces approches recèle des avantages et des inconvénients. Par ailleurs, les types d’OS invités exécutés sur Hyper-V jouent aussi un rôle dans la méthode de sauvegarde à employer.

Pour commencer, il faut prendre en compte les OS invités déployés. Cet aspect va influencer la méthode de sauvegarde employée pour trois raisons, toutes liées à la compatibilité. Premièrement, il faut vérifier si l’OS invité prend en charge l’utilisation de VSS (Volume Shadow Copy). Les systèmes d’exploitation Windows Server récents, à savoir Windows Server 2003 et 2008, sont compatibles avec VSS. En cas d’utilisation d’un OS Windows Server plus ancien ou d’un OS non- Windows, VSS ne sera pas géré pour les VM.

Dans un registre similaire, le deuxième aspect est le fait que la VM est ou non paravirtualisée via la couche logicielle « enlightenment ». Une VM est considérée comme paravirtualisée lorsqu’elle exécute les services d’intégration d’Hyper-V. A l’heure actuelle, ces services fonctionnent avec Windows Server 2003 SP2 et ultérieur, Windows server 2003 R2, Windows Server 2008, ainsi que SuSE Linux Enterprise Server 10 SP1 et ultérieur. Windows XP et Windows Vista sont également pris en charge, même s’il existe certains pièges, mais nous avons limité notre discussion aux OS serveur. Les anciens OS Windows Server et d’autres OS non-Windows ne sont pas compatibles avec les services d’intégration.

La troisième raison est la compatibilité ou l’absence de compatibilité de l’agent DPM 2007 avec l’OS invité. Pour le moment, les agents DPM 2007 sont uniquement déployables sur des systèmes d’exploitation Windows. D’autre part, il est impératif que le serveur Windows soit membre d’un domaine situé dans la même forêt que le serveur DPM.

Des sauvegardes au niveau de l’hôte ou de l’invité ?

Maintenant que nous avons abordé les problèmes de compatibilité entre DPM 2007 et Hyper-V, passons aux différentes options de sauvegarde. DPM 2007 permet d’effectuer une sauvegarde des VM soit au niveau de l’hôte, soit au niveau de l’invité. Comme indiqué précédemment, chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients, et vous serez peut-être parfois limités par des questions de compatibilité.
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

TOP 5 des Cybermenaces et Tendances 2021

TOP 5 des Cybermenaces et Tendances 2021

Découvrez dans ce nouveau rapport Acronis, fondé sur les données recueillies par plus de 100 000 terminaux dans le monde, les tendances majeures à surveiller en termes de cybersécurité et les meilleures recommandations pour rester protégé.

Cloud - Par Brien M. Posey - Publié le 28 octobre 2010