> Data > Windows et SQL Azure : quoi de neuf ?

Windows et SQL Azure : quoi de neuf ?

Data - Par Caroline Tessier - Publié le 24 juin 2010
email

Le 14 juin dernier, Microsoft a donné rendez-vous à tous les développeurs et à ses partenaires d’éditeurs de logiciels pour une grande journée de formation et d’ateliers techniques sur les plateformes Windows Azure et SQL Azure au Centre de Conférence Microsoft à Issy-les-Moulineaux.

Stéphane Crozatier, conseiller technologique et éditeur de logiciel, a fait découvrir la plateforme Windows Azure, « la technologie la plus importante pour Microsoft ». Après trois témoignages d’entreprise qui ont testé Azure et une pause déjeuner, les développeurs, qui se sont inscrits assez tôt, ont pu participer à des sessions individuelles de design et revue d’architecture en présence de conseillers techniques de Microsoft. 

Une présentation générale axée particulièrement sur trois points :

– une vue d’ensemble de Windows et SQL Azure
Après avoir expliqué clairement que le Cloud Computing était désormais LA technologie fondamentale pour Microsoft, Stéphane Crozatier, Conseiller Technologique Editeurs de Logiciels Microsoft France, a présenté Windows Azure, cette nouvelle plateforme de Cloud Computing de Microsoft. Elle permet d’héberger des applications Web, des Web Services et, également, de bénéficier d’une infrastructure fiable et solide. Microsoft s’occupe de la maintenance des systèmes d’exploitation, des applications, des données et de la disponibilité des plateformes, ce qui permet aux clients de réduire l’administration de ces environnements. 


Les bénéfices de SQL Azure
SQL Azure est une base de données relationnelle hébergée dans les Datacenters Microsoft. Microsoft s’occupe directement de toute la maintenance. SQL Azure utilise les mêmes protocoles que SQL Server et est entièrement compatible avec SQL Server 2008, ce qui permet de répliquer et d’agrémenter les bases de données d’entreprise et tout cela de façon simple.

– une démonstration technique de l’architecture Azure
Mode d’emploi
Windows Azure est programmable, c’est-à-dire qu’il permet d’exécuter des applications. Les clients demandant Windows Azure reçoivent, en même temps, un pack d’outils pour Microsoft Visual Studio. Ceci permettant de créer des applications Azure dans Visual Studio.
Les développeurs ne seront pas dépaysés car la programmation d’une application Azure ressemble à la programmation d’une application sur Windows classique. De plus, les développeurs pourront avoir le choix dans le langage : utiliser le langage Visual Basic ou bien les autres langages opérationnels avec le framework .Net (Python, PHP, Ruby, Java, etc.). Une fois l’application « écrite », il suffit d’une manipulation simple (comme appuyé sur la touche F5) pour la déployer sur les serveurs distants de Microsoft. Quand elle est vérifiée en local sur un PC, on peut alors « l’installer » sur la plateforme Microsoft grâce à un menu « Publier » dans Visual Studio. Le développeur se retrouve alors sur le site Azure Services Developer Portal. Cette interface permet de déployer et de maintenir les applications Azure. Lorsqu’elle est en ligne, l’application peut être optimisée à n’importe quel moment.
Pour les tarifs, sur le site de Microsoft.

– trois témoignages de « startups » partenaires de Microsoft
Leetchi, startup lancée en novembre 2009 et spécialiste de cagnotte en lige, recherche un service permanent et sécurisé. Migrer vers le PaaS (Platform-as-a-Service) permettrait à Leetchi de réduire ses coûts de maintenance. Cependant, Laure Némée, Responsable technique, appuie le fait que les serveurs SMTP pour les e-mails ne sont pas pris en charge et trouve que le déploiement d’une application est un peu long (15 minutes).

TalenSoft, éditeur de la solution de gestion intégrée des talents en mode SaaS pour les Ressources Humaines, a choisi le Cloud pour « sa rapidité de mise en place » et par les coûts qui pourraient être divisés par cinq grâce au PaaS.

Cegid, éditeurs de solutions informatiques destinées aux contrôleurs de gestion, aux directeurs financiers et aux services de ressources humaines, a choisi le PaaS car il leur permet de « satisfaire des problèmes » tels que la mise à disposition des nombreuses mises à jour pour les clients, la compatibilité des applications avec les autres solutions …
Le PaaS est « parfaitement adapté aux besoins du groupe tant en termes de croissance que de gestion de coûts ».

AzureDay
À 14h, les quelques développeurs privilégié ont pu aller vérifier, en petit comité, les biens faits de Windows Azure et ainsi discuter avec les experts techniques de Microsoft.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Dans ce livre blanc, nous vous donnons les clés pour concevoir votre projet de dématérialisation RH. Vous découvrirez chacune des étapes qui vous permettront d’apporter de nouveaux services aux collaborateurs, de vous adapter aux nouvelles pratiques et de renforcer la marque employeur.

Data - Par Caroline Tessier - Publié le 24 juin 2010