> Data > XML et SQL Server 2000

XML et SQL Server 2000

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Paul Burke
Facilitez-vous le commerce électronique et l'interopérabilité grâce au standard Internet d'échange d'informations

Remarque : Les auteurs ont basé leurs articles SQL Server 2000 sur des versions antérieures à  la Bêta 2. Aussi, il se peut que vous remarquiez quelques différences entre la Bêta 2 et le comportement ou les interfaces décrits dans cet article. En particulier, veuillez noter que la fonction vues indexées ne sera disponible que dans SQL Server 2000 Enterprise Edition. Toutefois, on peut installer Entreprise Edition sur un serveur NT 4 ou Windows 2000 (W2K). On n'est pas obligé d'utiliser NT 4.0 Enterprise ou W2K Advanced Server.

L'une des fonctionnalités les plus attendues de SQL Server 2000, le support de XML, est également l'une des plus floues en termes de valeur pratique immédiate. Personne n'a échappé au battage médiatique concernant ce langage, qui constituerait une passerelle entre tous les langages, et presque tous les systèmes de gestion de bases de données relationnelles (SGBDR) affirment désormais prendre en charge XML. Mais où, quand et pourquoi utiliser XML ?

XML permet de publier des types de données indépendamment des plates-formes, facilitant ainsi l'interopérabilité et le commerce électronique

XML, un standard Internet d'échange d'informations, permet de publier des types de données indépendamment des plates-formes, facilitant ainsi l'interopérabilité et le commerce électronique. XML sépare également les données des informations de présentation à  l'intérieur des pages Web ; on dispose ainsi d'un moyen standard pour définir et échanger des données entre applications et bases de données. (L'encadré "XML, le standard à  la mode", décortique les avantages qu'il y a à  utiliser XML pour séparer les données de leur présentation).

En tant que langage de définition de pages, le principal intérêt de XML vient soit de l'acceptation générale d'un langage particulier, défini dans XML, soit de l'acceptation générale de XML et de la disponibilité des utilitaires, d'outils et de l'infrastructure permettant de prendre en charge son utilisation. Même si XML comporte plusieurs excellents langages définis (tels que BizTalk, DSML [Directory Services Markup Language], et SOAP [Simple Object Access Protocol]), ce n'est pas la panacée pour tout le monde, surtout si on travaille dans un environnement Microsoft pur et dur, et qu'on développe des applications Windows 32 bits. Pour le transfert de données via un LAN, les ensembles de résultats ADO représentent le choix évident. Cependant, à  l'heure de l'Internet, rares sont les entreprises qui travaillent en circuit fermé. Et même à  l'intérieur des entreprises, il n'est pas rare de trouver différents types de serveurs, plates-formes ou langages.

Bien que SQL Server 2000 soit la première version de SQL Server à  proposer le support de XML, la fonction de prévisualisation XML de Microsoft fonctionne avec les versions 7.0 et 6.5. (on peut télécharger cette fonction de prévisualisation depuis le site Web SQL Server de Microsoft, à  l'adresse suivante : http://msdn.microsoft.com/workshop/xml/articles/xmlsql/). On peut également intégrer le support de XML dans SQL Server 7.0, 6.x et 4.2 en créant des procédures cataloguées étendues et des procédures cataloguées standard, quoique les procédures cataloguées standard puissent faire baisser les performances pour des ensembles de données de grande taille et de structure complexe. En outre, certaines fonctionnalités de SQL Server 7.0, telles que la recherche documentaire sur texte intégral, permettent de stocker du code XML comme du texte. Quelles sont alors les fonctions qui rendent SQL Server 2000 officiellement compatible XML ?

En général, on peut demander deux sortes de XML à  une base de données : le XML statique, stocké dans la base de données, et le XML dynamique, généré par les données présentes dans la base de données. Même la première version d

XML et SQL Server 2000

Environ 20% des informations d’une entreprise sont contenus dans des bases de
données relationnelles. Les entreprises ont consacré énormément de temps et d’efforts
à  utiliser le HTML pour rendre ces données présentables à  un large public. Cependant,
que faire si ce qui vous intéresse vraiment, ce sont les données et non leur présentation
?

Prenons l’exemple d’une page Web affichant le cours d’actions. La page présente
le prix d’une action dans une table HTML, comme on peut le voir sur le tableau
A. Certaines pages peuvent même gérer votre portefeuille d’actions à  votre place.

Tableau A Tableau HTML indiquant le prix
des actions
Symbole Prix Devise Quantité Différence
**** 25 $ 200 +20%

Toutefois, si on souhaite suivre les variations de ces informations soi-même,
et agir immédiatement en conséquence, il faut continuellement mettre à  jour cette
page et disséquer le code HTML pour récupérer les informations intéressantes.
Qu’advient-il si un programmeur décide un beau jour de faire apparaître la devise
avant le prix, ou de mesurer les différences en valeurs absolues ?

Ce qu’il faut dans ce cas, c’est un moyen de séparer le contenu de la page de
sa présentation. Même si les spécifications HTML d’origine le font relativement
bien, le navigateur et les balises de mise en page ont rapidement embrouillé les
spécifications d’origine. Pour convertir les données d’origine en un format exploitable,
ce dernier se doit d’être relativement auto-descriptif, à  l’instar du code XML
suivant :

<stockticker>

<stockitem>

<symbol market = »NYSE »>*****</symbol>

<price currency= »$ »>25</price>

<quantity>200</quantity>

          <change>+20</change>

</stockitem>

</stockticker>

On peut rapidement convertir des données de ce format en HTML pour une page Web,
ou passer les données à  travers un moteur de règles qui émet le message d’alerte
« Sell! ». En fait, si on fournit les données dans ce format, les utilisateurs peuvent
les manipuler à  leur guise.

Même si on peut séparer les données de leur présentation, à  l’aide de fichiers
délimités par des virgules, des ensembles d’enregistrements ADO ou un certain
nombre d’autres technologies, XML est indépendant de la plate-forme, possède de
nombreux standards bien documentés, et propose de nombreux outils et utilitaires
pour simplifier la vie des développeurs d’application.

Pour le commerce électronique et les entreprises B2B qui attirent des flux important
d’argent des capital-risqueurs et qui voient le prix de leurs actions littéralement
grimper au plafond, XML représente un choix évident pour le transport des données
car « tout le monde l’utilise ». Même si cette pression de l’environnement n’est
pas toujours la meilleure raison de décider d’utiliser une technologie, le fait
que tant d’entreprises s’accordent à  utiliser un langage de description de données
commun à  toute l’industrie est un argument très fort pour prendre le train en
marche. Et si tout le monde utilise le même vocabulaire, on peut simplifier ses
processus de gestion.

Téléchargez cette ressource

Guide de réponse aux incidents de cybersécurité

Guide de réponse aux incidents de cybersécurité

Le National Institute of Standards and Technology (NIST) propose un guide complet pour mettre en place un plan de réponse aux incidents de cybersécurité, nous en avons extrait et détaillé les points essentiels dans ce guide. Découvrez les 6 étapes clés d'un plan de réponse efficace aux incidents de cybersécurité.

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010