> Data > Dell : du Big Data pour stocker les objets célestes

Dell : du Big Data pour stocker les objets célestes

Data - Par Tristan Karache - Publié le 12 juin 2015
email

Le CNRS et Dell vont recenser les objets célestes et constituer le plus grand catalogue pour les besoins de la recherche.

Dell : du Big Data pour stocker les objets célestes

 

Depuis le début du partenariat en 2012, le Centre National de la Recherche Scientifique et l’entreprise américaine innovent aux bénéfices des chercheurs et cette année ils se focalisent sur le projet Large Synoptic Survey Telescope (LSST) qui devrait offrir de belles avancés dans les domaines de l’astrophysique et de la cosmologie.

Implanté au Chili à une altitude de 2680 mètres sur le Cerro Pachón, le LSST est un télescope mesurant 8,4 mètres de diamètre et équipé d’une caméra de 3,2 milliards de pixels. Sa construction a commencé le 14 avril dernier, il ne sera entièrement opérationnel qu’à partir de 2022 et aura la tâche de photographier la voûte céleste de manière systématique pendant 10 ans. L’un des objectifs les plus impressionnants de ces observations est de mesurer avec une précision les quantités physiques associées à l’énergie noire qui tend à accélérer l’expansion de l’Univers.

Avec environ 2000 photos prises chaque nuit soit plus de 15 To de données produites, transportées, stockées et exploitées, ce projet fait d’ores et déjà partie des mastodontes du Big Data. Au final, ce sont 37 milliards d’objets de différentes natures que ce soient météores, étoiles, galaxies ou autres qui seront répertoriés, ce qui représente un volume d’environ 500 Po dont 50 indexés dans la base de données.

En effet, pour bien mener cette tâche, il va falloir prévoir tous les process concernant l’identification, à la classification et au catalogage automatique d’objets célestes pour aider aux mieux les chercheurs avec un jeu de données structurées. Reposant sur un système de base de données massivement distribué, deux centres informatiques, celui en France du Centre de calcul de l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules du CNRS (CC-IN2P3) et celui aux Etats-Unis, National Center for Supercomputing Applications (NCSA) auront pour tâche de mener à bien le traitement de ces données.

Pour réaliser l’exploit, Dell vient de fournir une plateforme expérimentale de 50 serveurs d’une capacité de 500 To de stockage pour héberger le système de base de données « Qserv », développé spécifiquement pour les besoins du LSST par le SLAC National Accelerator Laboratory aux États-Unis. Ces outils devraient permettre aux experts des deux centres informatiques de préparer la future plateforme d’indexation de données spécifique au LSST et de tester sa capacité à traiter l’ensemble des données.

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

Migrer une partie des services d’un système d’information vers Office 365 s’inscrit dans une démarche plutôt moderne. Mais elle va impliquer un certain nombre de changements majeurs qui bien souvent ne sont pas pris en compte lors de la décision d’acquisition du service, découvrez nos 6 recommandations clés !

Data - Par Tristan Karache - Publié le 12 juin 2015