> Cloud > Les DSI face au « Shadow Cloud »

Les DSI face au « Shadow Cloud »

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 16 décembre 2014
email

Simples, rapides à mettre en oeuvre et peu coûteux, les services cloud séduisent les directions métiers. Et les DSI vont avoir fort à faire pour éviter le développement d'un SI parallèle en dehors de leur contrôle.

Les DSI face au « Shadow Cloud »

 

Les DSI ont de la concurrence. Et une concurrence de taille. Alors que les services cloud sont de plus en plus simples et rapides à déployer, nombreuses sont les directions métiers à faire le choix du nuage pour leurs applications. Séduites par les délais de mise à disposition et les coûts, elles n’hésitent plus à passer outre la direction informatique. C’est le phénomène bien connu du « Shadow IT ». Le cabinet PwC parle même, dans un rapport publié en août dernier, de « Shadow Cloud » et évoque « une vraie tendance » dans les organisations.

« La différence est que les risques inhérents au « Shadow IT » étaient confinés à l’intérieur des murs de la compagnie », explique PwC. Avec le cloud, c’est à une activité « décentralisée, inconnue et non surveillée » que la DSI va devoir faire face. « Le DSI est vu par certaines directions métiers comme un prestataire de services qui doit être benchmarké comme les autres », indique Eric Antibi, Directeur Technique de NetApp en France.

Le déploiement d’une solution n’est pourtant pas à prendre à la légère. SLA, sécurité, réversibilité, autant de points à prendre en compte avant de choisir un fournisseur qui ne sont pas toujours bien maîtrisés par une division RH, marketing ou encore financière. « L’informatique est un sujet qui peut très vite se compliquer, poursuit Eric Antibi. J’ai du mal à imaginer qu’une direction métier lambda soit capable de gérer un projet IT sans passer à côté de certains éléments fondamentaux ».

60 % des projets technologiques financés par les métiers

Mais les faits sont là. Selon une étude IDC, en 2013, plus de 60 % des projets technologiques étaient financés par les métiers. Alors que le budget de la DSI est plombé par le maintien en conditions opérationnelles de l’infrastructure existante, les directions métiers tiennent les cordons de la bourse et ont les moyens financiers pour acquérir les solutions dont elles ont besoin. L’enjeu pour les responsables informatiques est donc double : conserver la maîtrise de leur SI tout en le modernisant.

Le Directeur informatique n’est pas seulement un technicien qui va bâtir et maintenir des infrastructures. Il est aujourd’hui un fournisseur de services et un véritable partenaire pour les métiers. « Le DSI d’aujourd’hui doit être capable d’accepter la concurrence du cloud externe, affirme le responsable de NetApp. Mais il doit dans le même temps avoir les compétences marketing et commerciales nécessaires pour vendre ses propres services en interne ». Le métier de la DSI a changé et le système d’information doit évoluer dans le même sens.

Pour s’imposer face aux offres cloud, l’infrastructure interne doit elle aussi gagner en agilité et évoluer vers le cloud privé. Exemple avec une importante PME française. « J’ai rencontré un DSI qui avait pris les devants et mis en place très tôt un cloud interne, raconte Éric Antibi. Il proposait ainsi aux directions métiers des niveaux de services et des délais très intéressants, tout en leur permettant d’aller chez AWS si elles le souhaitaient. Après deux ans, 90 % des applications sont restées en interne ». Sans aller jusqu’à vouloir (vainement) égaler les plateformes cloud de géants comme Amazon ou Microsoft, les DSI doivent se transformer pour proposer une alternative.Et à en croire le cabinet Forrester, le processus semble en marche. D’après une étude réalisée en début d’année auprès de 800 décideurs informatiques en France, en Allemagne et au Royaume Uni, 73 % des entreprises indiquaient que la construction d’un cloud privé était la priorité de 2014.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Une véritable révolution se prépare progressivement... les entreprises doivent veiller à ne pas rester à l’écart et se faire prendre de vitesse. Tout comme la mobilité ou encore le cloud, la blockchain est une composante essentielle de la transformation numérique. Découvrez, dans ce dossier, comment aborder, comprendre et démarrer la Blockchain

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 16 décembre 2014