> Data > L’avenir de la fonction Finance post pandémie

L’avenir de la fonction Finance post pandémie

Data - Par Sabine Terrey - Publié le 09 février 2022
email

Dans un contexte de pandémie jusqu’à la relance post-récession, comment va se façonner le futur pour les entreprises et pour tous ? comment va évoluer la fonction finance ?

L’avenir de la fonction Finance post pandémie

Un nouveau rôle se dessine, c’est certain. Loin des activités pures ‘finance’ et des savoir-faire traditionnels et transactionnels, le conseil, l’analyse, la planification prennent le pas, les compétences se modifient, le recrutement et la rétention des talents aussi !

En ce sens, BlackLine a voulu examiner les savoir-faire technologiques et expertises clés pour assurer la croissance de demain, dans son baromètre, et a souhaité poursuivre la réflexion avec Emmanuel Millard, Directeur de la DFCG, Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion, Eric Lamarque, Directeur de l’IAE Paris Sorbonne Business School et de son Master Finance, expert en stratégie, gouvernance, organisation et performance des institutions financières et formateur pour First Finance, Anne-Claude Tessier, Associée KPMG, spécialisée dans les projets de transformation de la fonction finance.

Défiance envers les données financières

On relève une « confiance érodée » des professionnels de la finance et cadres dirigeants envers l’exactitude des données financières En 2018, 75% avaient totalement confiance envers les chiffres de leur entreprise (21% relativement confiance). Si en septembre 2020, on tombe à 47%, en septembre 2021, 11% seulement ont totalement confiance envers l’exactitude de leurs données financières, et 41% relativement confiance.  A noter ! 19% ne leur font pas confiance du tout !

Pourquoi ? La non-reconnaissance des compétences des personnes ayant manipulé les données, le manque de contrôles et vérifications automatisés par rapport à la quantité de données, la dépendance du service aux tableurs et procédés dépassés, le trop grand nombre de sources de données…« On constate que la confiance intégrale envers les données financières diminue au profit de la généralisation d’une confiance plus mitigée » décrypte Lucie Bordelais, Directrice développement EMEA de BlackLine. Toutefois, face à cette défiance et cette complexité de prédiction, Anne-Claude Tessier souligne « pour ces enjeux de transformation finance, nous allons désormais plus vers la mise en place de solutions digitales d’automatisation des contrôles des chiffres, de sécurisation des contrôles, nous adaptons nos méthodologies ».

En complément, on peut relever d’autres points importants, en effet « la RSE irrigue complètement les métiers du dirigeant financier, tout comme la transformation digitale et celle de l’entreprise. En 2 ans de pandémie il s’est déjà passé beaucoup de choses. Enfin, les talents et les compétences sont un vrai sujet qui nous préoccupe et qui nous tient à cœur» alerte Emmanuel Millard.

Dynamiser la fonction comptable : un souffle de modernité

La crise sanitaire a créé une nouvelle normalité. Il faut s’adapter rapidement car ne pas proposer de travail hybride peut décourager les candidats selon 33%, tout comme utiliser des technologies et processus dépassés et le manque d’attractivité des conditions de travail. Le « nouveau » financier est multi compétent et devient un conseiller multi facettes. Ainsi, Éric Lamarque souligne « aujourd’hui, le métier tend à se scinder en deux, avec ceux en charge de la constitution et à la qualité des datas et ceux en charge du pan analyse et connexion avec le reste de l’entreprise ».

Côté rétention des talents, il faut agir vite et prendre en compte l’apprentissage de nouvelles compétences,  l’évolutivité des carrières, le manque de collaboration avec d’autres domaines de l’entreprise, les options de travail flexible, la nature répétitive des tâches, la sous-estimation du département financier, le stress du contrôle accru et des réglementations strictes.

En outre, Eric Lamarque complète « il y a un attrait aujourd’hui pour les questions et formations Finance. Toutefois, côté diplômes académiques, on note parfois un décalage. Les étudiants en alternance par exemple montrent une très bonne adaptation. Enfin, face aux étudiants en quête de sens et d’implication, il faut que l’entreprise soit vigilante et laisse place à leur esprit critique et leurs besoins de débat ». Sans oublier les soft skills !

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Cloud Privé Hébergé

Guide de Cloud Privé Hébergé

Comment permettre aux entreprises de se focaliser sur leur cœur de métier, de gagner en agilité, réactivité et résilience en s’appuyant sur un socle informatique performant, évolutif et sécurisé ? Découvrez les avantages des solutions de Cloud Privé hébergé de la CPEM.

Data – Automatisation – Intelligence Artificielle

Si les diplômes académiques actuels ne préparent pas convenablement au travail quotidien effectif de la fonction financière, les candidats s’attendent à ce que le département comptable et finance soit plus compétent dans le numérique, et que les cours se concentrent plus sur les compétences technologiques.

La transformation de la fonction doit se baser sur la data, en effet, en plus des qualifications traditionnellement requises, il faut des connaissances technologiques en intégration des systèmes financiers, en automatisation robotisée des processus, en solutions d’automatisation des finances et d’Intelligence Artificielle. Selon Lucie Bordelais, « la donnée est existentielle pour l’avenir du métier : il faut la ressembler et l’identifier, apprendre à l’utiliser, et lui donner du sens. »

 

Collaborer avec les autres fonctions

Si la fonction comptable et financière permet d’évoluer vers des fonctions plus stratégiques, quelles sont les compétences des futurs chefs financiers ?

  • une grande compréhension de la gestion des risques – 39%
  • des bonnes pratiques financières
  • des bonnes pratiques des données
  • l’analyse des données
  • la collaboration
  •  une capacité à penser de façon stratégique

Le métier du financier bouge et va encore bouger très vite. Un futur passionnant donc. « Métier stratégique avec une grande capacité d’agilité, ce qui augure des changements positifs » ajoute Emmanuel Millard.

Enfin, « la fonction comptable et financière peut servir de tremplin vers des fonctions plus stratégiques de l’entreprise. Encore faut-il que les dirigeants placent la collaboration inter-départements au cœur de leurs priorités, notamment sur les sujets sociétales de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Actuellement, cela ne semble pas être le cas — mais demain ? »

 

 

Source BlackLine & Censuswide – 1150 cadres dirigeants et professionnels de la finance – Monde – 150 en France

Data - Par Sabine Terrey - Publié le 09 février 2022