> Cloud > Unit4 veut convaincre ses clients de la sécurité du cloud

Unit4 veut convaincre ses clients de la sécurité du cloud

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 14 septembre 2012
email

Unit 4, éditeur de logiciels de comptabilité et finance, s’adapte au cloud computing.

Unit4 veut convaincre ses clients de la sécurité du cloud

L’entreprise néerlandaise a lancé il y a maintenant plusieurs mois des versions hébergées de son outils Coda Financial et de l’ERP Agresso Business World. Mais convaincre des utilisateurs d’envoyer un applicatif stratégique dans les nuages n’est pas chose facile. Seulement 8 % des clients Agresso sont aujourd’hui dans le nuage. La société a donc décidé d’emmener ses clients au cœur du cloud (c’est-à-dire dans un datacenter) pour leur en dévoiler les rouages. Le centre en question est un datacenter Telecity situé à Amsterdam. Celui-ci a été choisi par Unit4 en raison des capacités offertes par l’Amsterdam Internet Exchange (AMS-IX), un des premiers points d’échange Internet au monde.

(((IMG5691)))
Le centre Telecity d’Amsterdam où Unit4 héberge ses solutions.

Des utilisateurs ont donc fait le déplacement, d’Amérique du nord, d’Asie et d’Europe pour découvrir l’infrastructure qui se cache derrière une offre SaaS (Software-as-a-Service). Malgré le battage marketing réalisé ces derniers mois par de nombreux acteurs de l’informatique professionnelle, le cloud computing continue à inquiéter au moins autant qu’il attire. Selon les résultats d’une étude réalisée par Mint Jutras, le principal frein à l’adoption d’un applicatif en nuage reste la sécurité. Plus de 40 % des responsables informatiques interrogés disent que la sécurité est susceptible d’empêcher la sélection d’une application SaaS. La crainte d’une explosion des coûts due à l’utilisation à la demande (38 %) et les problèmes de la compatibilité avec les autres applications (30 %) complètent le podium.

Aller dans le nuage… et en revenir !

L’étude définit également quelles sont les fonctionnalités indispensables. En tête de liste, les répondants exigent des moyens de contrôle des mises-à-jour (31 %) tout en réclamant la possibilité de réaliser des upgrades rapides et fréquents (26 %). Viennent ensuite la capacité à migrer facilement d’un mode on-premise à une architecture SaaS (25 %) et inversement à pouvoir faire le chemin inverse pour rapatrier simplement son application et ses données en interne (21 %).

L’un des éléments de réponse apporté par Unit4 est la mise en place d’une architecture multi-tenant. L’idée est d’offrir au sein d’un cloud public une base de données isolée pour chaque client. Un modèle qui garantit une plus grande sécurité en cas de faille sur une des instances. Unit4 laisse toutefois à ses clients le choix du modèle de déploiement, sur des serveurs mutualisées ou en cloud privé. Dans tous les cas, les clients pourront garder la main sur leur processus de mise-à-jour même si, en mode mutualisé, les clients devront respecter une fenêtre de temps défini. En mode cloud privé, libre à chacun d’effectuer l’upgrade au moment où il l’aura choisi. Unit4 a également prévu des procédures pour permettre aux clients de faire machine arrière et récupérer l’intégralité de leurs données.

Des serveurs sur les canaux d’Amsterdam ?

Pour des problèmes de conformité aux règlementations nationales, les solutions peuvent être délivrées depuis des datacenters basés aux Pays-Bas, en Angleterre ou en Suède. Ces sites ne sont pas des sites Telecity afin d’assurer une diversité de fournisseurs en cas de panne. En termes de back-up et de reprise après sinistre, Unit4 utilise un second datacenter basé à 70 kilomètres d’Amsterdam, dans lequel sont expédiées quotidiennement par camion des bandes de sauvegarde cryptées en AES 256. Un choix qui permet de ne pas consommer de bande passante pour le transfert des fichiers de sauvegarde et de conserver les ressources du centre pour l’exécution des solutions.

(((IMG5692)))
Les données du datacenter sont sauvegardés quotidiennement sur bande.

Les porte-parole Unit4 n’omettent aucun détail susceptible de rassurer leurs clients sur la sécurité des offres SaaS. Pas d’inquiétude à avoir sur le Patriot Act par exemple. « Unit4 étant une entreprise néerlandaise et Telecity, une société anglaise, le gouvernement US ne pourra en aucun cas exiger l’accès aux données du centre », souligne Aart van de Kuilen, Business Development Manager. Autre détail qui peut avoir son importance, le centre Telecity a été surélevé de façon à arriver un mètre au-dessus du niveau de la mer, contrairement à la ville d’Amsterdam, située deux mètres sous le niveau de la mer. Et si certains utilisateurs sont toujours inquiets au sujet d’une éventuelle inondation, des accès sont prévus pour permettre l’évacuation des machines par bateau !

Les revenus de Unit4 sur la partie SaaS ont connu une croissance de 20 % au premier semestre 2012, et l’entreprises compte bien renforcer encore davantage ces résultats dans les mois qui viennent. « La croissance des ventes de licences traditionnelles et les revenus importants réalisés sur les offres SaaS confortent notre stratégie d’offrir à nos clients le choix sur la façon de déployer et gérer leur solution », conclue Edwin van Leeuwen, CFO du groupe.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Que vous souhaitiez développer ou renforcer votre approche du Cloud hybride, évaluer les meilleures options ou encore enrichir votre processus de prise de décision, découvrez dans ce Guide, 4 stratégies de Cloud hybride alignées avec vos objectifs business & technologiques.

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 14 septembre 2012