> Cloud > Virtualisation d’application : App-V 4.6 SP1

Virtualisation d’application : App-V 4.6 SP1

Cloud - Par Aurélien Bonnin - Publié le 08 juin 2012

Microsoft Application Virtualization, plus connu sous le nom d’App-V, est une solution qui permet de faciliter le déploiement et la gestion de vos applications à l’aide de la virtualisation.

Virtualisation d’application : App-V 4.6 SP1

Alors que virtualiser ses serveurs est maintenant entré dans les mœurs, virtualiser ses applications reste un sujet trop peu répandu. Voyons ensemble plus en détail cette technologie et ses implémentations.

App-V 4.6 SP1 : Concept

Pour comprendre la virtualisation d’application et son utilité, il faut en premier lieu observer un poste de travail et en extraire les éléments qui le composent, que l’on peut apparenter à une succession de couches : le matériel physique, un système d’exploitation, des applications et des données utilisateurs.
 
La virtualisation permettait déjà de séparer la brique matérielle des autres composants, les données pouvaient déjà être gérées séparément grâce aux profils Active Directory, App-V se positionne donc naturellement comme la solution permettant de rendre les applications indépendantes du système d’exploitation.

En pratique, Microsoft fournit un outil appelé séquenceur à installer sur un poste fraîchement déployé, représentatif de votre parc. Pour créer une application virtuelle, il vous suffit de lancer ce séquenceur et suivre l’assistant de séquençage App-V et d’installer votre application comme à l’accoutumée : tout au long du processus, le séquenceur va observer votre système et noter chaque changement ou action. A la fin, vous obtenez votre application sous forme de bulle.

C’est cette bulle applicative que vous allez devoir déployer à vos clients, soit entièrement, soit par streaming, le séquenceur ayant déterminé quelle partie de l’application doit être envoyée depuis le serveur en premier au client, pour permettre un lancement initial et local presque instantané. Votre bulle contient votre logiciel installé, ainsi que tous les paramètres basiques (raccourcis, association de fichier, configuration initiale…), l’expérience utilisateur est donc identique à celle constatée pour  une application traditionnelle que ce soit d’un point de vue performance ou encore fonctionnel.

Chaque bulle étant entièrement indépendante, vous n’avez pas à vous souciez des relations avec les autres composants ou même avec les autres applications : vous pouvez lancer plusieurs instances d’une même application, faire fonctionner sur un même poste des applications normalement incompatibles entre elles (exemple typique : plusieurs versions d’Office sur un même poste), les installations et mises à jour sont simples et rapides, il suffit de « poser » une nouvelle bulle dans la version voulue sur le poste client. Un concept novateur.

(((IMG5485)))
Word 2003 et Word 2010 sur un même poste.

Nouveauté d’App-V 4.6 SP1 : Les packages Accelerators

Courant mars 2011, Microsoft a publié la version « 2011 Refresh » de son pack MDOP. Cette mise à jour  a apporté à App-V les correctifs habituels mais également une nouvelle fonctionnalité nommée les Packages Accelerators afin de permettre un déploiement d’App-V plus rapide et plus simple.

Microsoft a constaté que de nombreux clients virtualisaient les mêmes applications, ainsi pourquoi ne pas mettre en commun le travail effectué par tous. C’est ce que propose cette nouvelle fonctionnalité : lors de la phase de séquençage en fournissant votre exécutable et l’accélérateur, vous obtenez directement votre bulle applicative. Les phases d’installation et d’analyse de l’ordinateur n’ont pas besoin d’être réalisées étant donné que le résultat est déjà connu et stocké dans l’accélérateur. Seul le téléchargement des sources de l’application reste à votre charge et 5 minutes de votre temps pour exécuter l’assistant de séquençage.

Vous pouvez trouver les accélérateurs publiés et validés par Microsoft sur la galerie Technet, rubrique App-V.

Ce service pack apporte également un grand nombre d’améliorations dans le support des middlewares et des plugins applicatifs (exemple : compléments pour la suite Office).

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide Machine learning et Big Data pour bien démarrer

Guide Machine learning et Big Data pour bien démarrer

Les technologies de Machine Learning, Big Data et intelligence artificielle ne sont pas réservées aux géants du Web. Cependant, il est souvent difficile de savoir ce qu'elles peuvent nous apporter. Découvrez, dans ce guide, les différents types d'apprentissages et passez à l'action grâce aux outils open source disponibles dans la « Intel Python Distribution ».

Cloud - Par Aurélien Bonnin - Publié le 08 juin 2012